11 Décembre 2017

Congo-Kinshasa: Quel avenir ?

Le tableau affiche de plus en plus complet pour que décembre 2017, en RDC, soit, à la hauteur, hélas, des pires appréhensions qu'on craignait. En effet, le décor planté face à l'horizon fin décembre 2017, se corse de plus en plus.

Tenez ! Dès ce jeudi, 14 décembre, l'Eglise Catholique compte lancer une campagne de masse pour sensibiliser l'opinion sur la situation combien périlleuse dans laquelle se trouve la République Démocratique du Congo. A tout dévoiler, l'Eglise Universelle mobilisant tous les curés des paroisses à travers toutes les diocèses va, chaque jeudi à 21 heures, pendant 15 minutes, sonner les cloches des paroisses et, aussi, demander aux fidèles catholiques, chrétiens par extension, de siffler et faire du boucan pour réclamer l'alternance au pays. Bien qu'aucune marche ne soit programmée, cette série d'activités annonce une contradiction majeure entre le pouvoir et la sainte Eglise Catholique. Déjà, les Evêques catholiques, pour bien de communicateurs de la mouvance, étaient taxés d'être une excroissance des opposants. Sans l'ombre d'un doute, la mise en application d'une telle démarche, à l'aube du 31 décembre, saura envenimer, davantage, la relation tendue.

Loin des prises de bec, il sied de se poser une question majeure : que feront les forces de sécurité face à cette campagne ? Vont-ils mettre la main sur des bergers et leurs brebis ? La question reste sur les lèvres. Sous peu, la réponse sera donnée. Mais, sans craindre de se tromper, une tentative d'étouffement, pire d'empêchement de ces activités va, certainement, créer une atmosphère de crispation politique qui saura alimenter un autre rendez-vous chaud en vue, pour des observateurs patentés. Oui, il s'agit bel et bien de la marche du 19 décembre convoquée par le Rassop/Limete.

Qui, avec le couronnement de Bruno Tshibala comme successeur d'Etienne Tshisekedi à la tête de l'Udps, le dossier de la nouvelle loi électorale... et, en définitive, les contradictions sur l'après 31 décembre, va pousser au radicalisme. La perspective d'un dialogue placé dans les placards, l'Opposition estampillée radicale et incarnée par le trio Rassop/Limete-UNC-Front maintient l'option de la rue jusqu'au bout contre le pouvoir d'ici la concrétisation de sa quête : l'alternance au sommet de l'Etat par des élections à bon temps ou la rue ce 31 décembre. Evidemment, les forces de l'ordre, de leur part, avec la bénédiction de fait des autorités provinciales et même nationales, restent résolues à empêcher toute manifestation publique non-autorisée par qui de droit.

Pourtant, l'Opposition, elle, campe et promet le verdict du peuple. Que des perspectives de rixes... Outre les cloches des paroisses et autres vuvuzelas des chrétiens catholiques, une autre donne est à inscrire dans les calculs de prélèvement de la température de l'agora politique. Il est question de la demande -de la part de la CENCO-, de l'exigence de la part du Comité Laïc de Coordination à l'endroit du Président Kabila. Pour un glissement en douceur vers les élections de décembre 2018, il était convié à se prononcer sur le fait qu'il n'est pas en quête d'un troisième mandat d'ici le 15 décembre. Faute de quoi, insistait le Comité Laïc de Coordination, les chrétiens pourraient être dans la rue... Image qui rappelle les manifs de 1992. L'historique marche des chrétiens. La conjonction possible Opposition-Eglise (Eglises) face au tandem Pouvoir-Forces de l'ordre, révèle l'aggravation de la zizanie politique en RDC. Qui, durant cette fin d'année, prend des allures méphistophéliques. Qu'est-ce l'avenir réserve au Congo-Kinshasa ?

Congo-Kinshasa

La loi électorale contestée devant la Cour constitutionnelle

Après un débat parlementaire houleux, un vote à l'Assemblée boycotté par… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.