12 Décembre 2017

Sénégal: Rencontre Cnp-Directeur de l'Oit - Baidy Agne expose les préoccupations des employeurs

Dialogue social, législation du travail, emploi des jeunes, règlement des conflits sociaux. Toutes ces questions ont été passées au peigne fin lors de la rencontre, hier, entre le Conseil du patronat (Cnp) et le directeur général de l'Organisation internationale du travail (Oit).

Après sa rencontre avec les ministres en charge du Travail et de l'Emploi, le directeur général de l'Organisation international du travail, Guy Ryder, a rencontré, dans la journée d'hier, le Conseil national du Patronat (Cnp), l'une des organisations patronales les plus représentatives au Sénégal. Lors de cette séance de travail, le président du Cnp, Baidy Agne, a plaidé pour les employeurs. Il a demandé au directeur général de l'Oit « à toujours accorder une oreille très attentive aux employeurs » qui prennent toujours le risque d'investir pour créer de l'emploi et de garantir un système de protection sociale aux employés. Baidy est revenu sur plusieurs sujets notamment le dialogue social, la législation du travail, l'emploi des jeunes, le règlement des conflits sociaux...

Pour la question du dialogue social, Baidy Agne reconnaît qu'il est de qualité au Sénégal. Toutefois, il existe encore des divergences entre les différentes parties sur des « questions de grande importance », précise-t-il. Même si ce dialogue est bien entériné, il reste encore beaucoup à faire pour le règlement des conflits sociaux. Baidy Agne note qu'il y a un nombre élevé de licenciement de délégués du personnel pour « faute lourde, indiscipline ou insubordination ». Pour cela, il invite à une « évolution des comportements humains » dans les entreprises pour éviter certains conflits sociaux. Sur la législation du travail, le président du Cnp déplore l'ancienneté des conventions dont la plus récente date de 1982. Ces conventions, dit-il, ne sont plus inadaptées à l'environnement actuel et aux nouveaux métiers.

Dans son intervention, le directeur général de l'Oit a salué le dynamisme du secteur privé sénégalais. Guy Ryder note que le Sénégal a une « croissance économique respectable » et une bonne vision de l'avenir sur le moyen et long termes avec le Plan Sénégal émergent. Cependant, il n'a pas manqué de demander à Baïdy Agne « quelle est la place réservée au secteur privé dans ce plan ». Dans sa réponse, le président du Cnp confirme que le secteur privé est bien impliqué dans le Pse mais qu'il veut l'être davantage.

En outre, Guy Ryder a déploré l'émigration clandestine. Selon lui, cette situation est liée au manque d'opportunités d'emplois décents dans les pays en développement. C'est pourquoi, dit-il, de millions de jeunes en quête d'emploi tentent de rejoindre l'Europe par des embarcations de fortunes. Pour faire face à cette tragédie, le directeur général de l'Oit indique que les pays en développement doivent accorder la priorité à l'emploi des jeunes. Un avis largement partagé par le président du Cnp. Baidy Agne indique qu'il faut donner le maximum d'opportunités aux jeunes pour qu'ils puissent rester au Sénégal et travailler pour le pays. Pour lui, l'avenir de l'emploi se situe dans le numérique. « L'avenir se construit sur le numérique. Avec le numérique, dans les deux, trois, quatre ans nous pourrons créer 100.000 emplois », déclare M. Agne.

Sénégal

Un an après le départ de Jammeh, des relations fluides entre Dakar et Banjul

Il y a un an, après six longues semaines de crise, Yahya Jammeh acceptait de quitter la Gambie. Un départ… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.