12 Décembre 2017

Burkina Faso: Exploitation minière - L'or coule désormais à Houndé

Construite en un temps record, selon les témoignages que nous avons entendus, la mine d'or de Houndé a été inaugurée le samedi 9 décembre 2017 dans ladite localité. Chargée de son exploitation, la société Endeavour mining a produit le premier lingot en présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Samedi 9 décembre 2017, il est 8 h passées de quelque trente minutes. Installée à un coin de l'espace aménagé pour la cérémonie d'inauguration de la mine d'or de Houndé, nous suivons l'arrivée, un à un, des invités. Un vent poussiéreux souffle, renversant par moments les tentes et les appareils disposés pour la circonstance. Un mauvais temps qui, pourtant, ne gâche en rien la beauté de l'évènement. Prenant la parole après l'arrivée sur les lieux du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Boureima Dissan Gnoumou, président de l'exécutif local, ne manque pas de traduire aux autorités présentes les appréhensions des Houndélais. Entre le renchérissement de la vie depuis le lancement des travaux de construction de la mine et la prise en compte de façon juste et équitable des habitants dans l'octroi des emplois, le député-maire n'occulte aucun détail.

Il décide même de jouer la carte de l'anticipation en évoquant l'après-exploitation. « Le lancement de la production ouvre en même temps le compte à rebours de la fermeture », prend-il le soin de préciser. Ne voulant donc pas que sa ville hérite par la suite d'une mine de problèmes, il a demandé au gouvernement de tout mettre en œuvre pour leur éviter ce désagrément. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que son cri du cœur a été entendu par Sébastien de Montessus, P-DG d'Endeavour mining, la société chargée de l'exploitation du gisement aurifère.

« Les orpailleurs seront organisés en groupements ou en coopératives »

Etant donné que la mine ne peut fournir du travail à tous, l'entreprise est en train d'élaborer des projets dans les secteurs de l'agriculture et de l'agro-industrie. « Nous espérons que lorsque le site sera en fin de vie, nous aurons permis à dix fois plus de personnes de trouver une nouvelle occupation grâce à nos initiatives que nous présenterons très bientôt », a-t-il fait savoir. Comme pour rassurer davantage l'assistance, le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a rappelé que le nouveau Code minier, adopté en 2015, a, entre autres, pour vocation de garantir les intérêts des populations et de mieux protéger l'environnement. Par ailleurs, il a demandé aux Houndélais de soutenir le bébé qu'ils ont vu naître afin qu'il grandisse et engendre à son tour d'autres bébés. Le premier responsable du département a également fait savoir que l'une des priorités du gouvernement est d'organiser et d'encadrer le sous-secteur de l'artisanat minier, en identifiant tous les sites d'orpaillage, et d'organiser les acteurs en groupements ou coopératives. Cela devrait permettre de lutter contre la fraude car avec la production artisanale, l'or disparaît du circuit officiel et ce sont près de 250 milliards de F CFA de recettes d'exportation qui se dissipent.

En rappel, douze mines industrielles sont désormais en production (11 d'or et une de zinc) dans le pays, quatre sont en construction et cinq nouveaux permis ont été délivrés à des partenaires. En matière de production, le Burkina a franchi la barre des quarante tonnes par an en fin novembre dernier.

Projet d'exploitation

L'exploitation de ce gisement aurifère a été confiée à Houndé Gold opération SA, une société de droit burkinabè détenue à hauteur de 10% par l'Etat et à 90% par le groupe canadien Endeavour mining. Prévue pour durer dix ans, la production sera de six à huit tonnes d'or par an. La mine devrait permettre au pays de percevoir plus de 20 milliards de francs CFA de recettes fiscales et favoriser la création de 700 emplois permanents pendant la phase d'extraction. Selon les propos du P-DG, Sébastien de Montessus, le Burkina Faso est un pays phare pour Endeavour mining. « Nous y avons deux mines en exploitation (la première étant le site de Karma) et nous espérons poursuivre et approfondir le partenariat particulier que nous entretenons avec les Burkinabè », a-t-il déclaré, précisant que c'est plus de 600 milliards de francs CFA qui ont été investis en trente mois dans ce pays.

En rappel, Endeavour mining est également présente au Mali et en Côte d'Ivoire. Son objectif est de se positionner comme le premier producteur d'or en Afrique de l'Ouest

Burkina Faso

6 personnes dont 5 femmes ont perdu la vie dans une bousculade

6 personnes dont 5 femmes ont perdu la vie dans une bousculade, dans la nuit du vendredi au samedi 21 avril 2018 au… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.