13 Décembre 2017

Tunisie: Le blocage total !

La dernière tentative n'est que celle d'hier.

En effet, une réunion s'est tenue la matinée au siège du ministère de l'Industrie et des PME, en la présence des ministres Slim Feriani, pour l'industrie, Mohamed Trabelsi, pour les Affaires sociales, du secrétaire général de la centrale syndicale, Ugtt, Noureddine Taboubi, du vice-président de la centrale patronale, Utica, Khalil Ghariani, du directeur central des affaires sociales de l'Utica, Sami Sellini, et du PDG de la Stip, Montassar Dridi, et son père Abdelkader, propriétaire du groupe « Africa Holding », majoritaire au capital de la Stip.

Le secrétaire général de la Fédération générale de pétrole et des produits chimiques, relevant de l'Ugtt, Hasnaoui Smiri, nous a affirmé que cette réunion s'est soldée par un échec.

D'après lui, pour ce qui est du premier point, en l'occurrence la gestion de l'entreprise, Abdelkader Dridi a affirmé qu'une meilleure gestion sera appliquée pour améliorer le rendement de ladite entreprise. Et quant au deuxième point de l'ordre du jour, qui se rapporte aux salaires des ouvriers, il a été le point de discorde puisque Dridi n'a rien promis arguant que l'entreprise est déficitaire.

Smiri a affirmé que les ouvriers n'ont pas touché leurs salaires depuis six mois, à la consternation des salariés. « La société est complètement fermée actuellement et les salariés et leurs familles sont dans une situation financière déplorable. On ne peut pas accepter de continuer sur cette lancée. Le secrétaire général, Noureddine Taboubi, a fourni tous les efforts pour rapprocher les avis mais en vain. Nous espérons que le chef du gouvernement interviendra, car nous n'allons pas accepter cette situation.

D'ailleurs, c'est un mauvais exemple pour le partenariat public-privé! », a lancé Smiri qui a affirmé que cette réunion a été très tendue. Et d'ajouter que la fédération a tout fait pour éviter que la situation n'empire davantage en reportant la grève.

D'ailleurs, aujourd'hui même, une réunion de réconciliation aura lieu pour étudier la possibilité de reporter la grève du 15 décembre, ce que le secrétaire général de la Fédération générale de pétrole et des produits chimiques, relevant de l'Ugtt, Hasnaoui Smiri, considère comme solution, vu la situation de blocage et le refus de la direction de la Stip de payer les salaires des ouvriers.

La centrale syndicale avait donc décrété cette grève sectorielle, prévue pour le 15 décembre, et ce, en guise de soutien aux travailleurs de la Société tunisienne des industries de pneumatiques qui n'ont pas perçu leurs salaires. La situation se complique davantage avec la fermeture totale de ladite entreprise et une intervention de la part du gouvernement semble inévitable...

Tunisie

Derrière la grogne, des espoirs déçus et un pouvoir d'achat en berne

Alors que la Tunisie fêtait le 7e anniversaire de sa révolution, dimanche 14 décembre, la liesse qui… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.