13 Décembre 2017

Sénégal: Macky Sall cède à la demande de l'opposition et des non-alignés

Pour le choix du président du Cadre de concertation sur le processus électoral, le régime en place a accepté la proposition faite par l'opposition et les non-alignés. Il a accepté la proposition d'une personnalité jugée «neutre», l'ambassadeur Seydou Nourou Ba.

C'est ce qu'a dit, en substance, le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, venu procéder à l'installation de ce dernier et au lancement des travaux dudit cadre hier, mardi 12 décembre. Il a, par ailleurs, réitéré son appel à l'opposition dite «significative» qui n'a jusque-là pas rejoint la table des concertations.

Le régime en place est-il en train de lâcher du leste face à une opposition qui réclame toujours une personnalité «neutre» pour l'organisation des élections prochaines ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que le président de la République, Macky Sall, et son gouvernement ont concédé à la demande de l'opposition, présente aux concertations, et des non-alignés, concernant la présidence du Cadre de concertation par une personnalité distante de toute coloration politique. C'est ce semble dire le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, qui a procédé à l'installation dudit Cadre et au lancement des travaux hier, mardi 12 décembre.

En effet, le ministre révèle que le seul point d'achoppement, lors des 4 réunions tenues avec le Directeur général des élections, Thiendella Fall, était de faire présider les travaux par une personnalité neutre. Une requête de l'opposition et des non-alignés qui a rencontré, à son avis, l'accord de M. Fall qui, à son tour, a demandé aux responsables des différents pôles de soumettre les noms des personnes qu'ils proposaient au dit poste.

Ainsi donc, Aly Ngouille Ndiaye renseigne qu'à l'issue du croisement opéré entre la liste proposée par l'opposition et celle des non-alignés, le choix a été porté sur l'ambassadeur Seydou Nourou Ba, membre actif de la Société civile et spécialiste des questions électorales. Un choix qui, selon lui, «a reçu l'onction de tous». Mieux, il laisse entendre que ledit choix n'a fait l'objet d'aucune objection de la part de la mouvance présidentielle. Par conséquent, il en conclut que «le consensus a donc été obtenu sur sa personne». Ce qui serait, pour lui, la preuve «qu'aucune contradiction ou divergence ne pouvait résister à l'ouverture du dialogue, de la concertation et de l'écoute réciproque sur le terrain des élections».

Quid, cependant, de l'opposition dite «significative» qui n'a pas encore rejoint la table du dialogue politique ? Sur ce point, le ministre a fait, encore une fois, un appel du pied aux partis membres des coalitions Mankoo Taxawu Senegaal, Wattu Senegaal, ou encore de Pastef. Il a profité, en fait, de ladite rencontre pour «pour rappeler aux autres partis qui n'ont pas encore répondu à l'invitation, que la porte leur est toujours ouverte».

Dans la même dynamique, Aly Ngouille Ndiaye a réaffirmé son ouverture pour des échanges larges et profonds sur des questions aussi actuelles que celles relatives à l'évaluation du processus de refonte des listes électorales ou sur les conditions de participation à l'élection présidentielle. Il n'a pas manqué, par ailleurs, d'appeler au surpassement pour aller le plus loin possible dans la recherche d'accords au cours des discussions. Cela, non sans avertir que le rythme des travaux sera «soutenu», dans la mesure où les tâches qui les attendent sont «colossales», avec un délai «réduit».

Sénégal

Coopération sénégalo-belge - Un nouveau programme de 26 milliards activé pour 4 ans

Le gouvernement du Sénégal et le royaume Belge ont signé à Dakar hier, vendredi, un nouveau… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.