13 Décembre 2017

Sénégal: Mot d'ordre des syndicats, grève des élèves et étudiants - Une école publique attaquée de toutes parts

En attendant une réponse des autorités pour tenter de stopper cette série de débrayage, de grèves des syndicats d'enseignants, des élèves et des étudiants, l'école publique sénégalaise est attaquée de toutes parts.

Le Cusems, le Saemss, le Saes ont ras-le-bol de l'inertie du gouvernement qui tarde à respecter des Protocoles d'accords, pendant que les élèves du lycée des Parcelles assainies et des étudiants de l'Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis partent en grève respectivement pour déficit de professeurs et le non-paiement des bourses.

En débrayage, hier mardi, le Cadre unitaire syndical de l'enseignement moyen-secondaire (Cusems) met un coup d'accélérateur dans son plan d'actions en décrétant une grève totale aujourd'hui, mercredi 13 décembre. Un mot d'ordre bien suivi, selon le secrétaire général du Cusems, Abdoulaye Ndoye, qui annonce déjà une marche nationale la semaine prochaine, pour amener le gouvernement à poser des jalons dans la matérialisation des accords inscrits dans le procès-verbal. De l'autre côté, toujours du moyen secondaire, le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire (Saemss) attire l'attention de l'Etat du Sénégal sur les «risques de perturbation que pourrait connaitre le système éducatif à cause du non-respect des engagements pris». Le secrétaire général, Saourou Sène, estime qu'il n'y a pas «d'actes concrets et que le gouvernement continue de faire dans le «faire semblant». Cette année est partie pour être très difficile pour le système éducatif sénégalais».

Le Saemss, tout comme le Cusems, veulent des réponses concrètes sur la question de l'indemnité de logement des enseignants, notamment le système de rémunération, le redéploiement abusif des professeurs, le paiement des indemnités du baccalauréat. Au niveau de l'enseignement supérieur, le Syndicat autonome des enseignants de Supérieur (Saes) avait décrété un mot d'ordre de grève de 48H, les jeudi 7 et vendredi 8 décembre 2017. En évaluant l'état d'avancement des discussions gouvernement-Saes, le syndicat a exprimé toute sa déception vis-à-vis de l'Etat. Le Saes avait inscrit, l'année dernière, la réforme du régime de retraite dans son préavis de grève.

Les camarades de Malick Fall n'ont toujours pas obtenu une réponse satisfaisante, malgré la tenue de la conférence sociale. A côté des syndicats d'enseignants, les élèves du lycée des Parcelles Assainies (Lpa) ont entamé une grève, hier mardi, pour déplorer le manque criard de professeurs de mathématique et de philosophie. Pendant ce temps là, leurs grands frères de l'Université Gaston Berger (Ugb) de Saint Louis affrontent les Forces de l'ordre. Les étudiants déplorent des problèmes liés aux logements, l'insalubrité ainsi que le retard dans le paiement des bourses. Ce qui a amené, selon certaines informations recoupées, l'intervention des éléments du Groupement mobile d'intervention (Gmi) pour dissuader les étudiants qui, dans leur détermination à en découdre avec les autorités, ont bloqué la circulation sur la route nationale à hauteur de l'Ugb.

Sénégal

Regain de tension en Casamance - La socièté civile locale calme le jeu

Les responsables de l'Église catholique ne sont pas les seuls à s'inquiéter de la situation qui… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.