12 Décembre 2017

Burkina Faso: Autonomisation des femmes et révolution contraceptive - Le Partenariat de Ouagadougou mène la réflexion à Conakry

Conakry la capitale de la Guinée abrite, du 12 au 14 décembre 2017, la 6è réunion du Partenariat de Ouagadougou (PO). Les neuf pays de l'Afrique de l'ouest et leurs partenaires mènent la réflexion sur «l'autonomisation des femmes et la révolution contraceptive».

Le Partenariat de Ouagadougou, constitué de neuf pays, Benin, Burkina Faso, Cote d'Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo milite pour l'autonomisation des femmes afin de parvenir à la révolution contraceptive. A sa réunion annuelle, 6è du genre, près de 400 participants mènent des travaux sur la thématique. Cette rencontre est une occasion pour les différents pays de faire le point des progrès accomplis dans la phase dite d'accélération (2016-2020) dans l'atteinte de l'objectif de 2,2 millions de nouvelles utilisatrices de méthode de contraception. A l'ouverture, la directrice de l'unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) Fatimata Sy, a relevé, que le thème de cette année cadre avec l'agenda de l'Union Africaine (UA).

Aussi, la réunion s'est tenue à Conakry pour rendre hommage aux efforts du président guinéen Alpha Condé. Le ministre guinéen en charge de la santé, Dr Abdourahmane Diallo, a indiqué que son pays dispose un plan national de repositionnement de la PF pour répondre aux besoins et défis en matière dePF. Cependant, la mise en œuvre de ce plan a été interrompue par la venue de la maladie à virus Ebola et nous pensons qu'il est temps de réviser ce plan.Dans l'espace du PO, les progrès sont encourageants. Et la directrice de l'UCPO, Fatimata Sy a de motif de satisfaction. « Les résultats sont satisfaisants parce que nous avons dépassé l'objectif que nous nous sommes assignés pour les deux premières années de la phase d'accélération. Sur les 843.000 femmes additionnelles attendues, la coordination a enregistré plus de 900.000 femmes », a-t-elle précisé.Le Bénin, le Burkina-Faso et la Côte d'Ivoire, constituent les pays qui ont excédé les objectifs des deux premières années.

Le Togo et la Mauritanie ne sont pas loin de l'objectif assigné. Le Sénégal, le Mali, le Niger et la Guinée sont encore à la traine. Cette situation démontre clairement que malgré le progrès réalisé au cours des deux premières années, il y a encore du chemin à parcourir si l'on veut atteindre les 2 ,2 millions de femmes additionnelles en 2020. Une opportunité pour Fatimata Sy d'exhorter les pays qui sont au ralentis à un « sursaut pour qu'il y ait des avancées ».

Le premier ministre, Mamady Youla, a engagé son pays pour la réussite du PF. « Pour ma part, je m'engage au nom du président de la République, à ne ménager aucun effort, pour faire de la PF une réussite en Guinée, tout en respectant nos engagements pris lors des différentes rencontres», a-t-il déclaré.

Burkina Faso

La chasse aux investisseurs est ouverte

Ouagadougou accueille les 16 et 17 janvier prochains, une conférence sur le thème : « Gouvernance,… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.