13 Décembre 2017

Libye: Insécurité des migrants en Libye - L'Europe accusée de complicité

Photo: HCR / Iason Foounten
En Libye, des dizaines de migrants dorment côte à côte à l’étroit dans une cellule du centre de détention Tariq al-Sikka à Tripoli.

Pour reprocher le gouvernement européen qui a placé une garde autour des côtes libyennes d'être impliqués dans l'organisation du trafic d'êtres humains, l'Amnesty international a fait une déclaration, le mardi 12 décembre, accusant l'Europe de complice dans la détention des migrants dans des conditions épouvantables dans ce pays.

« Les gouvernants européens sont complices de la torture et des abus endurés par des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants détenus par les autorités libyennes et de l'immigration organisée dans des conditions épouvantables en Libye », a indiqué le rapport de l'Amnesty international.

En effet, cette ONG qui œuvre dans le cadre des droits de l'homme accuse l'Europe de soutenir un système sophistiqué d'abus et d'exploitation des réfugiés et des migrants. Car, cette exploitation est organisée par des garde-côtes, des responsables des centres de détention et des trafiquants, en ayant pour objectif principal d'empêcher les migrants de traverser la Méditerranée.

« Des dizaines de milliers de personnes sont détenues indéfiniment dans des centres de détention surpeuplés où elles subissent des sévices systématiques », a déclaré le directeur d'Amnesty international pour l'Europe, John Dalhuisen avant d'ajouter que les gouvernants européens ne sont pas seulement au courant de ces abus, mais ils en sont conscients et complices.

Tirant l'attention des responsables européens, l'Amnesty international a rappelé que les gouvernants européens doivent repenser leur coopération avec la Libye, notamment en matière d'immigration et permettre aux personnes de se rendre en Europe par les voies légales ceci, en réinstallant des dizaines de milliers de réfugiés. Pour ce faire, ils doivent insister pour que les autorités libyennes mettent fin aux arrestations arbitraires et à la détention de réfugiés ainsi que des migrants.

« Nous demandons la libération immédiate de tous les ressortissants étrangers détenus dans les centres de détention en Libye. Depuis fin 2016, les États membres de l'Union Européenne, notamment l'Italie ont mis en œuvre une série de mesures visant à fermer la route migratoire via la Libye et la Méditerranée centrale, sans se soucier des conséquences pour les personnes bloquées en Libye. », a déclaré John Dalhuisen.

Selon l'Amnesty international, l'Etat européen a fourni à la Libye leur assistance pour lutter contre l'immigration clandestine à travers la gestion des centres de détention en Libye et ont formé et fourni des équipements aux garde-côtes libyens pour qu'ils interceptent les migrants en mer.

En savoir plus

Migrants - 15 000 évacuations prévues depuis la Libye d'ici février

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a annoncé le 14 décembre que les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.