14 Décembre 2017

Congo-Kinshasa: Lutte contre la corruption - Cinq hauts cadres de l'État dans les filets de Luzolo Bambi

Les accusés sont aux arrêts depuis le 12 décembre sur instruction du conseiller spécial du chef de l'État en matière de bonne gouvernance, lutte contre la corruption, financement du terrorisme et blanchiment des capitaux qui porte à leur charge différents griefs.

Longtemps accusé d'indolence au regard de sa mission de contrôle et de dénonciation des faits de mégestion, le conseiller spécial du chef de l'État en matière de bonne gouvernance, lutte contre la corruption, le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux, dont les initiatives antérieures ont été étouffées dans l'œuf, a décidé cette fois-ci de rabattre le caquet à ses détracteurs à travers des actions dignes d'éloges. Si hier ses prérogatives étaient mises à rude épreuve du fait de nombreuses interférences qui annihilaient ses actions, cette fois-ci, Luzolo Bambi paraît avoir le champ libre pour frapper.

C'est dans ce contexte qu'il faut insérer l'arrestation, le 12 décembre, sous ses ordres, de quelques hauts cadres de l'État. À leur charge, des faits de détournement et de corruption. Jamais pareil épilogue n'était envisageable dans un passé récent. On se souvient de diverses dénonciations similaires portées à la connaissance du grand public qui n'ont pas été suivies d'effets au niveau de la justice. C'est notamment le cas de l'enquête initiée auprès des banques membres de l'Association congolaise des banques. La justice ne s'est jamais impliquée dans ce dossier en appui au conseiller spécial dont les services avaient du mal à mener à bien leur enquête pour des raisons d'obstruction.

Pour le cas d'espèce, plusieurs griefs sont mis à charge des personnes arrêtées. Les responsables de la Direction générale des recettes de Kinshasa, en l'occurrence le directeur général et son adjoint, sont suspectés de détournement des deniers publics. Le secrétaire général de l'Urbanisme et de l'habitat ainsi que le conservateur des titres immobiliers de la Gombe sont, quant à eux, poursuivis pour spoliation et vente au rabais des immeubles de l'État dont celui de l'UAC. Quant au dirigeant de l'Agence congolaise des grands travaux auprès de la société Zénit, il devra répondre notamment de la non-exécution des travaux et du détournement des fonds destinés à la construction des passerelles sur le boulevard Lumumba, précisément le prolongement de l'aéroport international de Ndjili à Kinshasa-Est.

Pour rappel, le conseiller spécial en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, selon l'ordonnance présidentielle le nommant, a pour mission de dénoncer au parquet les faits punissables portés à sa connaissance aux fins d'enquêtes approfondies et éventuellement de mise en détention des suspects.

Congo-Kinshasa

Nouvelles attaques contre les forces gouvernementales à Beni

Le bilan serait lourd, mais l'armée parle seulement de quatre rebelles tués. La situation est en tout cas… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.