15 Décembre 2017

Congo-Brazzaville: Economie verte - Comment faire après l'exigence d'accélération sur le climat à Paris ?

interview

Eric Raulet, Directeur du développement et des projets en charge du programme Eco Plus et Lambert Okoko, attaché au service communication ayant animé le stand Eco-Oil Energie S.A. au « One Planet Summit » donnent leurs avis respectifs.

Qu'avez-vous retenu de votre participation au nouveau sommet de Paris ?

En rentrant de Bonn, nous avons eu l'impression d'avoir vécu la mise en place d'une préconisation de l'accélération des actions susceptibles de limiter le réchauffement. Mais, de nos stands, ou des négociations dans les pavillons, on sentait, en même temps, un découragement et une résignation générale. Le sommet de Paris est arrivé à point nommé pour relancer la dynamique de la COP21. Le « One Planet Summit » a connu de nouvelles propositions de financement du monde économique pour l'économie verte.

Pendant trois jours, la France s'est voulue exemplaire et a redynamisé sur le climat. Il a été question, cette fois-ci, de hâter le pas sur l'action mondiale concertée sur ce dossier. L'Afrique, continent le plus vulnérable aux effets du changement climatique, a cette obligation de s'adapter pour ne pas anéantir la plupart des progrès déjà réalisés en matière de développement. Avec son gigantesque potentiel en énergies renouvelables, elle devra miser sur l'agriculture innovante. C'est la préoccupation d'Eco-Oil Energie S.A. au Congo : obtenir une agriculture durable susceptible d'assurer l'autosuffisance alimentaire. Nous repartons de Paris avec l'idée de l'accélération de solutions à adopter.

Le challenge est complexe. Nous attirons vers nous des investisseurs potentiels qui ont le choix entre plusieurs modèles de producteurs. Au Congo, en matière de développement agricole, il y a des choix à opérer pour satisfaire le consommateur. Eco-Oil Energie S.A. a opté pour un modèle de production de qualité avec des produits fiables réalisés par un circuit court ayant pour objectif de produire et consommer sur place. Cette vision est l'objet d'une prise de conscience pour tous, à commencer par la jeunesse. Selon une étude du Bureau international du travail relayée par la FAO, le choix des étudiants africains au niveau des filières à sélectionner pour leurs études supérieures se situe en 15e position concernant le secteur agricole.

Le rôle de l'Etat est primordial. Nos solutions de transitions énergétiques sont en place depuis la COP21 à Paris. À destination de jeunes, nous avons le programme Eco+ school. Mais avant tout, nous partons de l'observation que la résolution du problème alimentaire est fondamentale dans un pays tel que le Congo. Cela nécessite la mise en place d'un modèle agricole propre au Congo. De celle-ci découlera une appropriation de l'agriculture. C'est un objectif possible à réaliser de suite.

A propos de la participation d'Eco-Oil Energie S.A., Lambert Fabrice Okoko confie :

En deux ans, Eco-Oil Energie S.A. vient de participer aux rendez-vous internationaux sur le climat. Successivement, nous avons été présents à la COP21 à Paris. A Marrakech au Maroc, notre équipe a été représentée à la COP22. Il y a un mois, c'était à Bonn en Allemagne pour la COP23.

A chaque rendez-vous, notre société évoluant dans le domaine de l'agro-inertiel et leader du palmier à huile au Congo, par la volonté de son président directeur général, Claude Wilfrid Etoka, a exprimé son adhésion de prendre part dans les efforts renforcés des acteurs du climat à tous les niveaux.

De Paris, nous repartons avec un esprit de devoir accompli en rapport de visites reçues au stand à la Porte de Versailles. Les visiteurs tous unanimes à la vision agricole et écologique de notre société pour œuvrer pour le respect de l'environnement. C'est le signe que les lignes sont en train de bouger dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Congo-Brazzaville

Gouvernement de la République - Quatre ministres interdits de voyager à l'étranger

Il se susurre, dans les allées du pouvoir, que les membres de l'exécutif sont interdits de voyager… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.