15 Décembre 2017

Afrique: Accord de Paris - Cinq annonces fortes de la Banque mondiale à l'intention des pays en développement

Profitant du « One Planet Summit », une activité coorganisée par la France, l'ONU et le Groupe de la Banque mondiale (BM), le président de cette institution financière internationale, Kim Jong Jim, a présenté sa nouvelle approche dans le cadre du soutien à la mise en œuvre des Objectifs de l'Accord de Paris par les pays en développement. Il en ressort quelques aspects fondamentaux.

Après 2019, le Groupe de la BM cessera de financer les activités en amont du secteur pétrolier et gazier. Pour autant, un financement d'activités en amont est prévu « exceptionnellement» pour les pays les plus pauvres si celui-ci favorise « indéniablement» l'accès des pauvres ou lorsque le projet est conforme aux engagements du pays au titre de l'Accord de Paris. Il s'agit, pour l'institution de Breton Wood, de modifier ses activités en tenant compte de l'évolution rapide du monde.

L'autre grande annonce est le renforcement des ambitions climatiques du Groupe grâce à son plan d'action sur le changement climatique. La bonne nouvelle est l'espoir désormais permis d'atteindre la cible de 28 % des prêts consacrés à l'action climatique d'ici à 2020, ainsi que son plan d'action sur le changement climatique. Il est prévu, d'ailleurs, la présentation prochaine du Plan d'action sur le changement climatique et l'annonce de nouveaux engagements et cibles pour l'après-2020 lors de la COP24 devant se tenir en Pologne en 2018.

L'on parle d'une troisième annonce sur la décarbonisation des activités de la BM. L'objectif est de faire en sorte que la responsabilité climatique soit intégrée à l'ensemble de ses activités. Dès l'année prochaine, le Groupe va commencer à déclarer les émissions de gaz à effet de serre des projets d'investissements qu'il finance dans les principaux secteurs, notamment le secteur énergétique. Et les résultats seront publiés tous les ans. Le Groupe a pris l'option d'appliquer un prix virtuel pour le carbone lors de l'analyse économique de tous les projets de la Bird et de l'IDA. « L'IFC utilise la tarification du carbone dans les principaux secteurs depuis janvier 2017 et étendra cette mesure à tous les secteurs dès janvier 2018 ».

La quatrième annonce vise la mobilisation des fonds en vue de transformer l'atténuation et la résistance aux chocs climatiques. Le plus grand fonds obligataire de l'histoire (estimé à deux milliards de dollars américains) qui sera consacré aux marchés émergents va voir le jour grâce à un partenariat entre IFC et Amundi. L'idée est d'accroître considérablement le financement privé des projets liés au climat. Il existe un accord de prêt entre la BM et le gouvernement égyptien pour la réduction des subventions aux combustibles fossiles. Plusieurs autres projets sur des secteurs ayant un potentiel transformationnel continueront à bénéficier du soutien de la BM.

Enfin, la dernière annonce concerne les partenariats pour accélérer et intensifier l'action climatique. Ce projet va bénéficier d'une implication plus déterminante des banques multilatérales de développement et autres partenaires. La BM pourra collaborer directement avec les pays émergents pour accélérer leur transition énergétique. Nous y reviendrons.

Afrique

Près de 3000 jeunes formés en trois ans par le programme d'entreprenariat de Tony Elumelu

En trois ans d’activité, le Programme d’entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu (Tef) a… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.