16 Décembre 2017

Tunisie: Le cercle vicieux inflationniste !

Pour le groupe meubles, articles de ménage et entretien du foyer, l'augmentation est de 0.7%, stimulée par la hausse des prix des meubles, tapis et autres revêtements de 0.7% et les prix des appareils ménagers de 0.7%.

De même pour les prix du groupe logement qui se sont élevés de 0.3% sous l'effet de l'augmentation des prix des produits d'entretien et réparation des logements de 2%, d'après l'INS. Les tarifs des biens et services divers ont aussi évolué de +0,8%, suite à l'augmentation des prix des soins personnels de 1% et des effets personnels de 1,1%.

Inflation structurelle

"On s'y attendait. On a dépassé les 6%, ce qui est un cap important. Aujourd'hui, on constate que cette inflation n'est pas passagère ou conjoncturelle, elle est devenue structurelle. La première raison de cette poussée est évidemment la dépréciation du dinar et la hausse de l'inflation importée. Tous les biens importés ont vu leur prix augmenter. La deuxième raison est la flambée des prix des produits alimentaires frais, en plus de l'augmentation du prix du baril," explique l'économiste Ezzeddine Saidan.

Il indique que le taux de 6,3% correspond au taux d'inflation annoncé et non pas réel. Il ajoute que l'inflation vécue par le citoyen n'est pas celle mesurée, du fait que le panier qui sert à mesurer l'inflation est largement dépassé et ne reflète plus le style de vie du Tunisien moyen. Selon M. Saidan, ce panier comprend des produits de base dont les prix sont administrés et subventionnés et ne sont pas soumis à la règle de l'offre et de la demande. De ce fait, l'inflation vécue serait plutôt autour de 10%, d'après lui.

De son côté, Abdejlil Bedoui, économiste et membre du bureau directeur du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES), l'aggravation des déséquilibres entre l'offre et la demande a accéléré l'augmentation des prix et la montée du taux de l'inflation. Il affirme que ce déséquilibre est dû du côté de l'offre à une diminution de la production et l'augmentation du commerce parallèle, qui prélève une partie de la production et l'oriente vers l'exportation illégale. Il ajoute que la spéculation joue également un rôle dans cette montée inflationniste, du fait qu'elle maîtrise l'offre et aussi la capacité de stockage et de conservation. L'économiste souligne que l'augmentation prévue des taxes en 2018 va alimenter davantage cette tendance, s'agissant des droits de douane, de la TVA, des taxes sur la consommation et autres.

Retombées

Ce processus inflationniste a des incidences manifestes sur l'économie tunisienne. Il a tout d'abord un impact sur le pouvoir d'achat du consommateur qui se trouve pénalisé par la hausse des prix et sur sa capacité d'épargne. De l'autre côté, ceci va réduire les capacités compétitives des entreprises tunisiennes, selon M. Bedoui, au risque d'alimenter encore les déséquilibres macroéconomiques, que ce soit au niveau du budget ou de la balance commerciale.

M. Saidan a expliqué également que cette situation impacte les possibilités de redressement de l'économie tunisienne. Il indique que cette inflation contribue à la dépréciation du dinar, tombant ainsi dans un cercle vicieux, où l'augmentation de l'inflation déprécie le dinar et la baisse du dinar alimente l'inflation. Pour cela, il affirme qu'il est impératif de monter un plan de redressement de l'économie pour pouvoir maîtriser l'inflation et stabiliser la valeur du dinar. Il appelle à une stratégie de sauvetage permettant d'engager des réformes de fond, de réaliser des niveaux de croissance plus importants et de créer de l'emploi et de la richesse.

Pour M. Bedoui, il s'agit également de donner la priorité à la relance économique. "Ceci n'a pas été programmé dans le budget économique de 2018, qui a sacrifié cet objectif comparativement aux budgets précédents, bien qu'ils aient échoué à le réaliser. Mais disons qu'il n'y a pas eu de démarche sérieuse pour faire le bilan de ces budgets pour déterminer les raisons qui n'ont pas amené à la relance économique", lance-t-il.

Il ajoute qu'il faut aussi lutter contre le commerce parallèle et la spéculation, prendre des mesures courageuses, systématiques et pour arrêter l'hémorragie de la balance commerciale et du dinar. Il indique que céder, sous la contrainte, à des augmentations des salaires pourrait maintenir le pouvoir d'achat, à court terme, mais si on ne s'attaque pas à l'origine du mal, on ne sortira pas du cercle vicieux inflationniste.

Tunisie

Chahed devant le parlement européen - "Le vote contre la prolongation du mandat d'exercice de l'IVD ne signifie point la fin du processus de la justice transitionnelle"

BRUXELLES, 24 avr. 2018 (De l'envoyé de TAP Sofien Manai) - Le vote contre la prolongation du mandat d'exercice… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.