16 Décembre 2017

Congo-Brazzaville: Omo Bello - « La musique africaine s'est fait connaître en Occident, pourquoi l'inverse serait-il impossible ? »

Plus de dix ans après avoir quitté son pays, la soprano nigériane Omo Bello a offert un concert qui a provoqué un afflux de spectateurs très demandeurs de musique classique.

« J'ignorais combien j'étais connue au Nigeria », admet Omo Bello, 33 ans. « J'ai quitté le pays depuis plus de dix ans et les choses ont changé à un point que je n'avais pas réalisé. Quand j'ai vu la foule, j'ai été surprise. Une surprise agréable, mais une surprise quand même ! ». Omo Bello a quitté le Nigeria après avoir été repérée en 2004 par un professionnel de la culture qui lui a permis d'étudier au prestigieux Conservatoire de Paris. Quelques tournées, un album et des récompenses plus tard, son répertoire s'étend désormais de Bellini à Verdi.

Rentrée au Nigeria pour Noël, avant une série de concerts au Royaume-Uni, Omo Bello explique que si on associe davantage son pays avec l'Afrobeat ou la Highlife qu'avec Albinoni ou Haydn, le développement d'Internet a créé un nouveau public pour des styles musicaux différents venus de l'étranger. « Beaucoup de gens au Nigeria m'ont découverte sur YouTube et les réseaux sociaux et ont été surpris de constater à quel point l'opéra était beau », souligne-t-elle.

Pour Marion Akpata, la directrice de l'école de musique Muson qui accueillait le concert de cette soprano, il y a un vrai potentiel au Nigeria pour d'autres chanteurs comme Omo Bello, en raison de la riche tradition musicale du pays, à commencer par les chants dans les églises. « La musique fait partie intégrante de la culture nigériane », assure cette Américaine qui a étudié à la célèbre Crane School of Music de l'Université de l'État de New York, avant de s'installer au Nigeria dans les années 1960.

Toutefois, comme Omo Bello, les talents au Nigeria, que ce soit dans le domaine du sport, des sciences ou des arts, sont souvent contraints de s'expatrier, faute d'opportunités suffisantes au pays. À l'inverse, l'Afrique du Sud a donné le jour à de nombreux chanteurs d'opéra et possède sa propre troupe professionnelle. Nominée en 2014 aux Victoires de la Musique Classique, la soprano nigériane souhaite voir son pays développer ses propres conservatoire et opéra, avec l'aide de diplômés des meilleures académies d'Europe, afin de faire éclore les talents de prochaines générations. Car, dit-elle, « la musique africaine s'est fait connaître en Occident, pourquoi l'inverse serait-il impossible? ».

Congo-Brazzaville

Immigration - 1,5 million de ressortissants d'Afrique subsaharienne en Europe et aux Etats-Unis depuis 2010

La révélation a été faite par un centre de recherches américain, Pew Research Center… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.