18 Décembre 2017

Cameroun: Ces obstacles qui grippent le transit

Les faits

Divers acteurs du commerce extérieur réunis du 12 au 14 décembre à N'Djamena, où les problèmes liés au trafic vers l'hinterland ont été posés.

Il n'était pas question de prendre des gants ou d'arrondir les angles. Mais de poser franchement les problèmes. De dresser « un diagnostic froid », selon une expression employée au sortir du 2e forum tripartite Tchad-RCA-Cameroun sur la facilitation du transit des marchandises, auquel ont pris part plus de 300 personnes du 12 au 14 décembre à N'Djamena.

Des marchandises qui passent par les ports de Douala et de Kribi, avant d'emprunter les corridors menant soit à N'Djamena, soit à Bangui. Opération qui ne va pas sans écueils pour les chargeurs, transporteurs, et autres acteurs du commerce extérieur. De nombreux griefs ont ainsi été rappelés à l'occasion des assises de N'Djamena.

* Au Port autonome de Douala Les parties tchadienne et centrafricaine ont soulevé comme préoccupations : la restriction dans la vente des tickets d'accès journaliers ; la ristourne prévue mais non accordée aux marchandises en transit ; le délai de passage jugé encore long pour les marchandises en transit.

* A la Douane Entre autres griefs formulés ici, on retient : les longues attentes des camions en transit pour la délivrance des titres d'accès au port ; le délai élevé de la pose des Gps ; le coût d'utilisation desdits Gps ; les amendes infligées aux chargeurs lors de la prorogation des titres de transit ; la double taxation des produits défiscalisés, etc.

* Le long du corridor Sources de préoccupations : l'augmentation et l'institutionnalisation des tracasseries multiples ; la non-harmonisation entre le système de pesée portuaire et ceux utilisés dans les corridors ; les dysfonctionnements observés dans les stations de pesage le long des corridors avec des résultats à géométrie variable sur le poids des cargaisons d'une station à l'autre ; la non-prise en compte des délais fixés par le Code communautaire dans l'acheminement de la marchandise pour examiner les pénalités liées au Gps ; les amendes excessives exigées au niveau des ponts bascules ; la perception des faux frais par des éléments de la police et de la gendarmerie sans base légale...

Les opérateurs se plaignent en outre du non-aménagement de l'espace dédié à Yassa pour les camions en transit : insuffisance de l'éclairage public ; insalubrité ; engorgement permanent. Côté Camrail, ils déplorent l'insuffisance de l'offre des wagons par rapport au trafic, et se plaignent d'un « traitement discriminatoire » dans l'allocation des wagons, etc.

Différentes administrations interpellées ont initié des solutions, annoncées à la clôture des travaux jeudi dernier. S'agissant par exemple de la délivrance des tickets d'accès au port, les syndicats sont sollicités pour dresser la liste des personnes et véhicules concernés, et le Pad assure un traitement prioritaire de ces dossiers. En outre, le Pad a mis des espaces à la disposition du Tchad et de la RCA (10 ha chacun), qui demandent à être aménagés.

Par ailleurs, 15% de réduction sur les honoraires des commissionnaires agréés en douane sont accordés au bénéfice du trafic en transit, entre autres mesures.

La douane, les forces de maintien de l'ordre, Camrail, le Bureau de Gestion du Fret terrestre, la Société d'Exploitation des Parcs à Bois du Cameroun, le Conseil national des Chargeurs du Cameroun, le ministère des Travaux publics ainsi que la Communauté urbaine de Douala ont également engagé des actions (généralement en réponse aux préoccupations qui leur étaient adressées) visant à fluidifier le transit des marchandises vers le Tchad et la République centrafricaine.

Cameroun

Arsène Wenger - Top 5 des joueurs africains passés sous ses ordres

C'est l'information du jour. Après 22 ans passés à la tête d'Arsenal (depuis 1996),… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.