20 Décembre 2017

Burkina Faso: Echanges commerciaux avec la Corée du Nord - Quand les Etats-Unis rappellent le pays à l'ordre

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l'étranger (MAECBE), Alpha Barry, a rencontré la presse en fin de matinée du 19 décembre 2017, pour des échanges sur des questions d'actualité.

L'interpellation du Burkina par les Etats-Unis pour que celui-ci arrête tout négoce avec la Corée du Nord, le financement de la Force conjointe du G5 Sahel, la prochaine visite au Burkina de l'Emir du Qatar et le prix Macky Sall du Sénégal décerné au Chef suprême des Mossé ont été les principaux sujets abordés.

Jérusalem, capitale de l'Etat hébreux

La diplomatie burkinabè ne l'entend pas de cette oreille et le patron de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry, l'a signifié à l'ambassadeur des Etats-unis, le 8 décembre dernier, demandant à la première puissance du monde de réviser sa position sur Jérusalem. En clair, le Burkina demande aux Etats-Unis de respecter la résolution des Nations Unies qui donne un statut neutre à la vieille ville de Jérusalem. Le ministre Alpha Barry a confié que les Etats-unis ont récemment saisi le Burkina pour que cesse l'importation des produits de la Corée du Nord par des commerçants burkinabè. Une enquête a été diligentée auprès du ministère en charge du commerce et de celui en charge des finances à cet effet pour connaître de la question, à l'entendre. Il a précisé que le Burkina se conforme à la résolution onusienne et les importations de produits de ce pays d'Asie sont interdites de façon formelle. Les produits importés de la Corée du Nord en 2015 étaient essentiellement des produits pétroliers, avec des combustibles minéraux, des huiles, du matériel médical et des appareils photo-optiques, à entendre le ministre. Des importations chiffrées à 21 milliards de F CFA pour la même année. En raison de ses essais nucléaires répétitifs, la Corée du Nord subit des sanctions onusiennes.

Autre sujet, autre réalité. L'Emir du Qatar est attendu au Burkina le 21 décembre prochain, a annoncé le ministre Alpha Barry. Les autorités nationales ont déjà effectué une visite officielle dans ce pays en conflit avec l'Arabie Saoudite, et le Burkina y a même ouvert une ambassade il y a un an. Il y a beaucoup d'attentes avec le Qatar en matière de coopération, selon le ministre. Des investissements au Burkina sur le plan sanitaire, en matière d'infrastructures, dans l'immobilier par exemple. Des accords avec la partie qatarie devront permettre de financer des projets au Burkina, à son avis. Tout cela pourrait être sur la table des discussions avec l'Emir le 21 décembre prochain. Quelles retombées cela peut-il avoir en matière de lutte contre le terrorisme au Burkina ? Réponse lorsque l'Emir sera au Burkina, a confié le ministre. Le rapprochement avec le Qatar ne va-t-il pas créer des problèmes entre le Burkina et l'Arabie Saoudite ? Pour le ministre, cela n'est pas souhaitable.

Le financement du G5 Sahel bientôt bouclé

Le financement de sa première année de fonctionnement sera bientôt bouclé. En effet, la rencontre des ministres des Affaires étrangères des 5 pays africains concernés avec ceux des 28 pays de l'Union européenne, l'Angleterre y compris, a permis d'échanger sur l'opérationnalisation de la Force commune du G5 Sahel avec son financement, selon le ministre. Cette rencontre des ministres a été suivie de la partie Chefs d'Etat à Paris. A titre d'exemple, l'Arabie Saoudite va financer la Force commune avec 100 millions d'euros, les Emirats arabes unis 30 millions d'euros, l'Allemagne avec 10 millions d'euros et 5 millions d'euros pour les Pays-Bas. Pour la première année de fonctionnement du G5 Sahel, le budget estimé à 423 millions d'Euros va bientôt être ainsi bouclé, de l'avis du ministre. Un budget qui devra être cadré par les états-majors généraux des armées des 5 pays africains du G5 Sahel et géré par le Secrétariat permanent du G5 Sahel.

L'autre nouvelle annoncée par le ministre, c'est la remise du prix Macky Sall pour la paix au Mogho Naaba, le 21 décembre prochain, en présence du ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba. Ce prix récompense le Chef suprême des Mossé pour le rôle majeur qu'il a joué dans la résolution de la crise consécutive au coup d'Etat du Général Gilbert Diendéré en septembre 2015. Macky Sall ne serait-il pas dans une stratégie de redorer son image, quand on sait que les Burkinabè ont décrié sa position au lendemain du coup d'Etat de septembre 2015 ? Pour Alpha Barry, chacun a son opinion et lui, il présume de la bonne foi des uns et des autres.

Burkina Faso

L'activiste Naïm Touré est toujours en garde à vue

Au Burkina Faso, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré est toujours en garde à vue. Il devrait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.