26 Décembre 2017

Afrique de l'Ouest: Malnutrition aiguë et sévère - 5,9 millions d'enfants touchés, au Mali, au Niger et au Tchad

Une étude réalisée au Mali et au Niger, par l'Ong Action contre la faim, a montré que 70 % des enfants malnutris au monde vivent dans ces pays, y compris le Tchad, qui ont connu, ces dernières années, des crises chroniques.

Une étude révèle que 5,9 millions d'enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère dans le monde. Parmi ces derniers, 70 % vivent au Mali, au Niger et au Tchad. Cette étude d'évaluation des capacités de réponses du système de santé face aux urgences sanitaires et nutritionnelles au Sahel a été commanditée par l'Ong Action contre la faim et ses partenaires. Les recherches ont été axées sur le Mali et le Niger, notamment les régions qui traversent des crises comme Tombouctou (au nord Mali) et Diffa (à l'est du Niger).

Les enquêteurs ont aussi collecté des informations dans des régions stables des deux pays : Kayes au Mali et Maradi au Niger. Les résultats de cette étude, présentés par le Dr Eric Kouam, expert en santé publique et nutrition internationale, ont montré que ces deux pays sont confrontés à une malnutrition aiguë et sévère, mais aussi à certaines pathologies telles que le paludisme, les Infections respiratoires aiguës (Ira) et les maladies diarrhéiques. Pour lui, une situation identique prévaut dans 7 autres pays de la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest.

La hausse de la prévalence de la malnutrition au Mali et au Niger s'explique par le déplacement des populations, surtout dans la zone de Tombouctou. « C'est la même chose au niveau de l'est du Niger avec les effets de Boko Haram sur les populations qui, en se déplaçant, deviennent vulnérables, surtout les enfants. Le Tchad est aussi dans la même situation avec des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère depuis de nombreuses années. Malheureusement, les taux de natalité sont très élevés dans ces trois pays où les enfants naissent dans des conditions de vulnérabilité et sont exposés à la malnutrition », a commenté Dr Eric Kouam.

Ces maladies font leur apparition de juin à septembre. L'étude a aussi montré que le changement climatique fragilise la santé des enfants des pays du Sahel. Seulement, le système de santé des pays du Sahel est confronté à des difficultés pour prendre en charge tous les enfants malnutris faute de plateau technique adéquat.

Pics saisonniers

« Même en temps normal, nos hôpitaux peinent à satisfaire la demande des populations. La situation est encore catastrophique en cas d'urgence », a regretté l'expert en santé publique et nutrition. Il a, dès lors, préconisé le renforcement des systèmes de santé des pays du Sahel pour mieux faire face aux urgences sanitaires et nutritionnelles. Fanta Touré, experte en nutrition santé au Bureau régional de l'Ong Action contre la faim, a justifié le choix de ces deux pays. « Ils ont une longue expérience par rapport à la lutte contre la malnutrition. Malheureusement, ils sont toujours confrontés à des situations d'urgences sanitaires et nutritionnelles. Il suffit de voir seulement le contexte du Niger où les populations sont terrifiées par l'armée. Du coup, le pays devient une zone de crise », a-t-elle déploré.

Mme Touré a soutenu que la situation est identique au nord Mali où la région de Tombouctou est confrontée à une série de crises armées qui a mis à terre son système de santé. « Au Mali et au Niger, les spécialistes préfèrent parler plus de crises chroniques au lieu d'urgences sanitaires et nutritionnelles avec des pics saisonniers. Il est urgent d'agir dans ces zones », a-t-elle proposé.

Pour le chef de la cellule de coordination de la nutrition au Mali, Dr Djibril Bagayoko, cette étude de cas a montré deux facettes du Mali : une région en crise et une autre stable qui pourtant présente la même situation nutritionnelle.

Afrique de l'Ouest

Interdiction de l'exploitation de bois en Casamance

L'interdiction de l'exploitation de bois dans la zone sud du pays a été officialisée hier, mardi 22… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.