26 Décembre 2017

Afrique Centrale: Économie numérique - Remise officielle du réseau à fibre optique Central Africa Backbone Congo-Gabon

La cérémonie a eu lieu, le 22 décembre, à Lékoko, district de Mbinda, dans le département du Niari, sous la houlette du ministre de tutelle, Léon Juste Ibombo.

Le réseau à très haut débit en fibre optique reliant la République du Congo à celle du Gabon est le fruit de la coopération entre l'État congolais et la Banque mondiale, a expliqué le ministre Léon Juste Ibombo, dégageant l'intérêt de ce projet pour la sous-région Afrique centrale. Cette infrastructure, a-t-il dit, vise l'extension géographique du réseau de fibre optique et la réduction du coût des services de communication, dans le cadre de l'intégration sous-régionale. Elle contribuera fortement au développement économique du Congo ainsi qu'à l'inclusion numérique. « Les opérateurs des services, opérateurs télécoms, de télévision et de radio, les prestataires de services, fournisseurs d'accès à Internet, fournisseurs de SVA, services à valeur ajoutée, PME et entreprises des technologies de l'information et de la communication (...) sauront tirer parti de cette infrastructure à très haut débit. », a déclaré le ministre, qui a remercié le président de la République pour son soutien dans le déploiement des infrastructures haut débit en fibre optique au Congo.

Pour sa part, Yvon Didier Miéhakanda, coordonnateur du projet Central Africa Backbone (CAB), a indiqué qu'en plus de son objectif principal fondé sur la création d'un réseau en fibre optique reliant tous les pays de la sous-région Afrique centrale à travers l'ensemble de ses composantes, ce projet régional vise la promotion des technologies de l'information et de la communication, la création d'un environnement favorable au développement de l'économie numérique. « Il est cependant indéniable que l'accomplissement le plus marquant du projet CAB, depuis sa création, il y a six ans, est la construction du réseau en fibre optique entre le Congo et le Gabon dont on célèbre aujourd'hui la fin des travaux. Il ne s'agit néanmoins que d'une étape car à la faveur d'un accord entre le gouvernement congolais et la Banque africaine de développement, les prochains jours verront sortir de terre le premier Data Center national congolais. », a-t-il signifié. Yvon Didier Miéhakanda a ajouté qu'avec l'expérience acquise, d'autres nouveaux réseaux en fibre optiqueseront construits pour permettre de se connecter avec le Cameroun, la République centrafricaine et l'Angola.

La réalisation de cette infrastructure a coûté environ quinze milliards de francs CFA. Le projet a été cofinancé par la Banque mondiale et le gouvernement congolais. L'initiative du projet CAB a été prise en 2008, lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement des pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale, dans le cadre de l'intégration sous-régionale, à travers les infrastructures large bande à fibre optique, tenu à N'Djamena, au Tchad.

Ntons que la remise officielle de cette infrastructure s'est déroulée en présence d'Yves Ikonga, conseiller du président de la République chargé des Télécommunications et du numérique; des autorités civiles et militaires de la sous-préfecture de Mbinda; des responsables des sociétés partenaires et des invités.

Afrique Centrale

L'ONU salue la décision des autorités de laisser l'opposition manifester

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme salue la décision du gouverneur de Kinshasa… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.