28 Décembre 2017

Tunisie: L'agriculture dans le nouveau code d'investissement

A l'ouverture des travaux, le gouverneur de Tunis, l'organisateur de la journée, M. Chedli Bouallègue, n'a pas, lui aussi, manqué de faire valoir cette arme verte et le rôle qui lui est dévolu dans l'équilibre économique et la création de postes d'emploi. Son impact n'est plus à démontrer sur l'autosuffisance alimentaire et l'impulsion du développement régional et durable. Il est aussi bon, relève-t-il, de coordonner les efforts et de créer une synergie entre les différents intervenants, afin de favoriser à ce secteur le climat adéquat de son évolution. C'est pourquoi faire connaître ce nouveau code dans sa vocation agricole s'avère nécessaire à plus d'un titre. Il vise quatre objectifs primordiaux : le développement régional, l'emploi, la promotion des exportations et le soutien des secteurs jugés prioritaires, dont particulièrement l'agriculture et la pêche.

La première intervention a bien expliqué le droit de bénéficier de certains privilèges fiscaux, sous forme d'initiatives d'investissement direct et bien d'autres déjà mentionnés dans l'article 5 du code d'incitation à l'investissement. D'ailleurs, le système des avantages fiscaux est appelé à être revisité, de sorte que le fardeau fiscal soit allégé au profit de l'entreprise agricole, à l'étape de l'investissement ou celle d'exploitation. De même pour l'exportation. A noter, de surcroît, que ce nouveau code est à même de contribuer à la hausse du volume des investissements agricoles grâce aux avantages et exonérations fiscaux pouvant atteindre 70% de la valeur du projet. Cela dit, les opportunités d'investissement à caractère agricole s'annoncent de bon augure. A Tunis, il y aura, certes, raison d'en tirer profit : «La région offre diverses activités : élevage, production végétale et animale, services de transformation des richesses halieutiques... », tient à faire savoir le commissariat régional à l'agriculture, lors d'une seconde intervention.

La ligne de financement des petits projets agricoles telle qu'énoncée par l'article 11 de la loi de finances au titre de 2017 a été au centre d'une troisième intervention, prononcée par la même occasion. Il y a lieu de mettre en exergue l'apport du système de microcrédit et les conditions d'octroi des prêts bancaires pour encourager les jeunes de la région à s'installer à leur propre compte. L'agriculture, secteur traditionnel de plus en plus marginalisé, doit, aujourd'hui, redorer son blason et occuper la place de choix qui lui revient.

Tunisie

Ndoye proche du Club Africain !

CSS : Kingsley Eduwo signe pour trois ans et demi Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.