29 Décembre 2017

Egypte: De nouvelles mesures de sécurité instaurées en Egypte

En Egypte, les ministères de l'Intérieur et de la Défense ont décrété le branle-bas de combat pour sécuriser les églises mais aussi les sites touristiques et les grands hôtels durant les fêtes de fin d'année. Cette annonce intervient alors qu'une attaque au couteau a fait 10 morts dans une église du sud du Caire.

Les autorités égyptiennes veulent éviter que les groupuscules extrémistes musulmans ne profitent des festivités de fin d'année pour perpétrer des attentats qui auraient un retentissement médiatique mondial. Ils ont dans l'esprit l'attentat du réveillon du 31 décembre 2010 qui avait fait 23 morts dans une église d'Alexandrie, dans le nord du pays.

L'année dernière, deux semaines avant Noël, une église dans l'enceinte de la cathédrale copte orthodoxe du Caire était visée par un attentat-suicide qui faisait 31 morts.

Des attentats récurrents

Cette année, lors de la célébration du dimanche des Rameaux, une semaine avant Pâques, deux églises ont été visées simultanément par des kamikazes à Tanta dans le Delta du Nil et à Alexandrie, faisant 46 morts. Plus récemment, une attaque au couteau ce 29 décembre a fait 10 morts dans une église au sud du Caire.

Le groupe Etat islamique du Sinaï a revendiqué les trois attentats contre des églises en 2016 et 2017. Les experts craignent que l'organisation ne cherche à accomplir une opération spectaculaire pour venger et faire oublier les défaites en Irak et en Syrie. En ce moment, le groupe perpètre un attentat presque chaque jour contre l'armée et la police dans le Nord-Sinaï. Le dernier en date remonte à ce 28 décembre avec six militaires tués.

Des groupuscules liés à al-Qaïda sévissent surtout du côté du désert libyque à l'ouest du pays. Selon les autorités, il existerait des groupes qui seraient liés à la confrérie des Frères musulmans. Comme toujours dans la nébuleuse extrémiste musulmane, certains groupes sont encore inconnus et des personnes radicalisées décident parfois individuellement de passer à l'action.

Brouilleurs pour bombes télécommandées

L'image la plus spectaculaire est celle des unités combinées police-armée avec des hommes cagoulés patrouillant à bord de blindés armés de mitrailleuses lourdes. Le dispositif comprend des dizaines de milliers d'hommes en uniforme ou en civil qui gardent les cibles chrétiennes potentielles.

Les églises célèbres ou simplement grandes sont entourées d'un périmètre de sécurité. Il en va de même pour les grands hôtels du Caire et des villes touristiques de la vallée du Nil et de la mer Rouge.

Il ne faut pas oublier non plus les détecteurs de métaux, les chiens exercés à flairer les explosifs. La nouveauté, cette année, est constituée par les brouilleurs d'ondes radio servat à neutraliser les bombes télécommandées. Enfin, une surveillance d'Internet et des télécommunications a été mise en place.

Egypte

Le pays veut ralentir le taux de croissance de sa population

« Deux, ça suffit !», c'est le slogan du programme que va lancer le gouvernement égyptien pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.