30 Décembre 2017

Madagascar: Marc Ravalomanana - « Ce sera une crise si je ne suis pas candidat ! »

Le président national du TIM n'exclut pas une nouvelle crise politique au cas où on l'empêcherait de se porter candidat à la présidentielle de 2018.

La trêve politique a été brisée suite aux propos provocateurs récemment lancés par le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason à l'endroit de l'ancien président Marc Ravalomanana.

Interrogé par les journalistes hier en marge de la festivité organisée par la Commune Urbaine d'Antananarivo au gymnase couvert de Mahamasina, le président national du TIM a laissé entendre à ceux qui veulent l'entendre que les menaces ne marchent pas avec lui. « Les intimidations ne me font pas reculer. Je n'ai pas peur des sanctions que vous brandissez car je n'ai rien fait du mal.

Je n'ai dit que la vérité. », a-t-il prévenu. Avant d'enfoncer le clou : « Ne pensez même pas à m'exclure de la prochaine course à la présidence de la République. Cette exclusion mettra le pays dans la logique d'une nouvelle crise politique. Or, Madagascar ne pourra plus survivre à une telle crise. »

L'ancien président Marc Ravalomanana demande au régime en place de ne plus verser dans les provocations : « Ne passez pas votre temps à vous acharner contre moi. Pensez plutôt au peuple malgache qui souffre de la dépréciation de l'ariary, de l'insécurité et de la flambée des prix des produits de première nécessité. »

Dialogue. Malgré les provocations dirigées contre lui, Marc Ravalomanana a salué l'initiative du Premier ministre qui mène actuellement des consultations auprès des différentes forces politiques de la Nation sur les futures lois électorales. « Le dialogue est toujours une bonne chose. Ce n'est pas moi qui vais m'y opposer.

Les députés TIM n'ont pas d'ailleurs refusé de répondre à l'invitation du Premier ministre. Après cette consultation, je discuterai avec eux en tant que président national du parti. », a-t-il souligné. Avant de rajouter : « Ce que je souhaite, c'est que les règles du jeu soient claires avant d'aller aux élections. Sinon, les compétitions s électorales seraient entachées de fraudes.

Ce qui vient se passer au Libéria devrait nous inspirer. Le calendrier électoral doit être publié plusieurs mois avant les scrutins pour éviter toute suspicion de détournement du choix du peuple. »

Malgré ses propos un peu virulents à l'endroit de certains tenants du régime, Marc Ravalomanana a prêché hier l'amitié et la solidarité aux employés de la Commune Urbaine d'Antananarivo qui étaient massivement venus au gymnase couvert de Mahamasina pour faire la fête en cette période de fin d'année.

Une occasion du reste pour l'équipe dirigeante de la CUA conduite par le maire Lalao Ravalomanana de distribuer des vivres et des primes aux employés qu'elle a encouragés à faire beaucoup plus en 2018.

Madagascar

Lois électorales - Le président tarde à saisir la HCC

Les trois lois électorales constituent un test de crédibilité pour Jean-Eric Rakotoarisoa et les 8… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.