30 Décembre 2017

Madagascar: Anjanahary II O - Effondrement imminent d'un immeuble

Une maison à quatre étages s'incline dangereusement après les fortes pluies d'avant-hier. Autour, une dizaine d'habitations ont dû être évacuées.

Un vent de panique a soufflé dans le quartier d'Anjanahary II O. Avant-hier, en début de soirée, un bâtiment sur pilotis à quatre étages s'est affaissé sous son propre poids pour se pencher dangereusement vers une maison voisine.

Autour de la construction menaçante, une dizaine d'habitations ont dû être évacuées. Les sapeurs-pompiers sont sur place depuis que la menace leur a été signalée. Sous la houlette du chef de caserne, ils étaient une trentaine à s'être déployés sur les lieux, hier.

«Nous sommes quatre étudiants comoriens à louer la maison. Chacun d'entre nous occupe un étage. L'épée de Damoclès est suspendue à nos têtes depuis jeudi.

Vers 17h 30, après les pluies battantes, la propriétaire a constaté de nombreuses fissures sur la construction lors d'un état des lieux pour nous les faire part», lance Olivier Lipou, l'un des locataires victimes du sinistre.

«À peine quelques minutes plus tard, la propriétaire, visiblement rongée par l'inquiétude, est revenue pour nous signifier que nous devions absolument quitter les lieux sans attendre. N'ayant pas pris conscience sur le coup de la gravité de la situation, nous avons d'abord expliqué que nous n'avons nulle part où aller.

Aux alentours de 18 heures, en remontant dans ma loge, j'ai senti comme un séisme. L'effondrement me semblait imminent. J'ai, de ce fait, décidé de partir sans attendre pour trouver refuge chez une amie, quitte à abandonner toutes mes affaires», poursuit cet étudiant en transit et douanes.

Alors que l'ensemble de la construction s'inclinait vers l'Ouest sous un angle d'effondrement irréversible, les sapeurs- pompiers ont débarqué.

Intervention périlleuse

D'emblée, ils ont délogé les locataires obstinés, sortis rapidement d'une pièce en sens dessus dessous par une porte à forte inclinaison. En même temps, les secouristes ont barricadé l'entrée d'une ruelle très fréquentée, étranglée en contrebas de la maison de la mort et de constructions environnantes.

Tôt hier matin, les sapeurs-pompiers ont travaillé d'arrache-pied sur la démolition de la demeure en péril. L'ampleur de la tâche semble plus relever de la compétence d'une entreprise spécialisée, équipée de machines et de lourds matériels de démolition plutôt que de sauveteurs n'utilisant que cordes, haches et marteaux.

Bravant la mort en grimpant au sommet du bâtiment haut d'une vingtaine de mètres qui, de surcroît risque de s'effondrer d'une minute à l'autre, les sapeurs-pompiers ont, pourtant, réussi à alléger la construction des quelques structures lourdes. Les murs ont été percés de l'extérieur au quatrième et au troisième étage pour faire sortir certains objets.

« Nos diplômes et ordinateurs y sont encore», se désole le locataire interrogé.

«Le travail abattu est déjà énorme mais ce qui reste à faire prendra encore trois jours. Les piliers qui supportent l'imposante construction ont été plantés dans un terrain instable. Fragilisé par l'humidité, le sol n'a pas pu supporter le poids de la maison», explique l'un des éléments venus sur place.

Madagascar

Traite humaine - La patronne du trafic en Chine arrêtée

Émilienne, le baron du réseau mafieux expéditeur de migrantes vers la Chine vend une Malgache 24… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.