1 Janvier 2018

Tunisie: Plaider pour une nouvelle stratégie nationale

Gaspillage alimentaire alarmant

Le gaspillage alimentaire au sein des ménages reste un grand problème. Il atteint son apogée durant le mois de Ramadan. 66% des ménages gaspillent et jettent le reste des plats cuisinés (46% jettent du pain, 32% des fruits, 20% des sucreries, 19% des viandes et 18% des produits laitiers).

En rapport avec certaines mauvaises habitudes alimentaires, des maladies comme le cancer, le diabète, l'hypertension et l'insuffisance rénale chronique sont responsables de 82% des décès en Tunisie. 19% des Tunisiens de plus de 15 ans sont diabétiques, 44% souffrent de dyslipidémie, 36% de plus de 15 ans sont hypertendus et environ 15.000 nouveaux cas de cancer sont détectés par an.

Malgré une relative amélioration des indicateurs liés à l'utilisation des aliments, la transition nutritionnelle est assez alarmante. A titre d'indication, 532 cas d'intoxication alimentaire collective ont été enregistrés durant les cinq premiers mois de 2017, dont 52% en milieu scolaire en raison du non-respect des règles d'hygiène alimentaire.

Les multiples facettes du risque

Les mauvaises habitudes qui impactent négativement la sécurité alimentaire en Tunisie touchent un autre secteur encore plus stratégique, celui de l'eau, et ce, au moment où notre pays se trouve au neuvième rang des zones menacées de pénurie en eau, d'où la nécessité de se pencher plus sérieusement sur les programmes d'économie et de valorisation de l'eau notamment pour le secteur agricole afin de réaliser le développement socioéconomique des générations futures.

Aujourd'hui, 96% du territoire de la Tunisie est directement ou indirectement concerné par le phénomène de la désertification. A ceci s'ajoute la dégradation de la qualité des sols liée à l'érosion et aux mauvaises pratiques agricoles, ce qui ne constitue nullement un facteur d'assurance quand on évoque la sécurité alimentaire.

Les risques qui menacent la sécurité alimentaire en Tunisie sont multiples. Ils sont liés au stress hydrique, à la menace de la désertification, à la non-rationalisation du secteur de l'énergie, aux financements des investissements et des récoltes, aux stockages des productions agricoles, aux engrais, au transport (routes et ports, accès aux terres et aux marchés), ainsi qu'aux circuits de distribution et aux comportements opportunistes de la part des grossistes. Sans oublier les risques sécuritaires.

Si la Tunisie ne reçoit aucune aide alimentaire extérieure et n'a jamais connu de situation de pénurie, la dépendance aux importations des céréales constitue aussi un facteur qui menace la sécurité alimentaire.

Une panoplie de mesures à prendre

Compte tenu des risques et défis précités, l'Ites soutient la nécessité d'une nouvelle stratégie nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle, la mise en place d'un Conseil national de la sécurité alimentaire, l'adoption d'une nouvelle politique d'importation, la réduction des risques commerciaux, la valorisation des produits locaux, et la création de nouvelles structures de commercialisation des produits agricoles.

Outre ces recommandations, l'Ites préconise aussi l'amélioration du dispositif de protection sociale, la définition et la mise en œuvre d'une stratégie interministérielle de rationalisation de la consommation de certains produits stratégiques, le renforcement du contrôle de la qualité, l'adoption d'une démarche privilégiant l'approche préventive en matière de gestion des risques sécuritaires.

Tunisie

Quelle menace représente la katiba Ibn Nafaa pour le pays?

Les autorités tunisiennes ont annoncé avoir tué l'Algérien Bilel Kobi, un proche conseiller… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.