1 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Manifestations en RDC - Retour au calme à Kinshasa

L'internet est toujours coupé en République démocratique du Congo (RDC). Le signal de la radio Okapi est brouillé depuis le 31 décembre à la mi-journée et celui de la radio Top Congo est coupé. Hier, des marches lancées par les catholiques du comité laïc de coordination contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila ont été réprimées. Le bilan varie selon les sources : quatre tués dont un policier selon le gouvernement, au moins cinq selon l'ONU et dix selon les organisateurs. Le comité laïc, qui achève un bilan plus complet, dit par ailleurs être sans nouvelles d'un prêtre.

Aucun incident n'a été signalé la nuit dernière à Kinshasa. La capitale de la République du Congo reprend des couleurs, les barrages ont été levés même si 1er janvier oblige, les rues sont plus calmes que d'habitude, beaucoup de Kinois passant la journée en famille.

Place de la victoire, l'un des épicentres de la contestation dimanche 31 décembre, les vendeurs ont repris leurs droits et on est venu en famille pour la traditionnelle photo du Nouvel An. Non loin de là, à l'église de Saint-Joseph, les trois offices ont eu lieu sans encombre. On a tout de même la présence de quelques éléments de la police militaire juste derrière l'église. « Classique en période de fêtes », répond le chef de la police de la ville de Kinshasa. Mais les gens se disent encore choqués de ce qu'ils ont vu hier.

Chacun déplore aussi la coupure d'internet et des SMS toujours en vigueur. Et, en ce moment même, une réunion d'évaluation se tient au ministère des Télécommunications pour voir si la mesure sera levée ou non.

Côté majorité présidentielle, on parle d'échec cuisant. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, assure que les gaz lacrymogènes jetés dans au moins dans une église était destiné à arrêter des terroristes. Ardent Kabambi, l'un des communicateurs de la majorité présidentielle reproche à l'église d'être sortie de son rôle, de s'être rangée du côté de l'opposition.

Pour d'autre en revanche, l'église a clairement redoré son blason malgré la répression. Elle a fait preuve de sa capacité à mobiliser contrairement à l'opposition qui avait d'ailleurs accepté de se placer sous sa tutelle et qui a respecté les consignes.

Les figures de l'opposition présentes dans les rues étaient habillées de blanc sans logo et on n'avait plus vu autant de monde tenter de marcher dans les rues de Kinshasa depuis plus d'un an. Cela redore le blason de l'église et ce n'est pas rien. Car, à terme, les lacunes dans l'application de l'accord de la Saint-Sylvestre, qui avait été parrainée il y a un an par la conférence des évêques du Congo, risquent d'entacher le crédit de l'Eglise.

Congo-Kinshasa

Processus électoral - Le CNSA souhaite un échange entre Kabila et Olenghankoy

À la suite d'un constat préoccupant par rapport à l'évolution du processus électoral,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.