2 Janvier 2018

Afrique de l'Ouest: Sahel - L'Italie s'ajoute à la présence de forces occidentales

Dans le souci de contribuer à la lutte contre la migration clandestine et le terrorisme, l'Italie vient de gonfer le nombre d'armées occidentales présentes dans la région, après la France, les Etats-Unis et l'Allemagne.

Le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, s'est favorablement prononcé, au nom de la lutte contre le terorisme et la migration clandestine. Précisant l'objectif de la mission, il a déclaré : "accroître la capacité opérationnelle des forces nigériennes et de les placer en position de garantir la stabilité dans la région et de combattre le trafic illégal de migrants".

Auparavant, Rome avait annoncé l'envoi de soldats au Niger, avant de préciser les contours de cette expédition : "juguler la migration clandestine et lutter contre les réseaux de passeurs et les groupes terroristes". Ces soldats font partie du corps expéditionnaire italien affecté en Irak. Ils viennent compléter la mosaïque d'armées étrangères présentes au Sahel. Gràce a l'évolution de la situation militaire en Irak et à la libération d'une majeure partie de son territoire, l'Italie peut réduire sa présence militaire dans le nord de l'Irak. L'état-major italien y avait déployé mille quatre cents hommes.

En plus des soldats français, américains, allemands, ce sont cinq mille militaires de la force régionale du G5 Sahel et quinze mille soldats et policiers de la mission de l'ONU (Minusma) qui sont présents dans le sahel. Ce déploiement militaire, sans précédent dans la région, traduit les craintes des pays occidentaux de voir les menaces djihadistes se déplacer pour se rapprocher du flanc sud de l'Europe.

Avec ces forces, le Niger est désormais surnommé le "Djibouti ouest-africain". Ce déploiement répond à la demande de l'Elysée de renforcer la force G5 sahel composée des armées malienne, mauritanienne, nigérienne, burkinabè et tchadienne. Paris avait organisé, le 13 décembre 2017, notamment en présence des représentants de l'Allemagne, l'Italie, l'Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis, un mini-sommet ayant pour objectif de renforcer la force ouest-africaine afin qu'elle puisse participer à la relève, à moyen terme, du budget de la force "Barkhane".

Afrique de l'Ouest

L'opposition doit tirer les leçons de son échec

La journée 'Togo mort' organisé hier par l'opposition a été un échec. Le mouvement… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.