2 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Le procès de Mokoko et d'Okombi s'ouvre courant premier trimestre 2018

Le président de la République a annoncé, au cours de son discours sur l'état de la nation devant le parlement réuni en congrès le 30 décembre, que les citoyens actuellement en garde à vue prolongée, accusés d'avoir troublé l'ordre public ou porté atteinte à la sûreté de l'Etat, au terme des scrutins référendaire et présidentiel, vont être jugés au cours du premier trimestre 2018.

Parmi les citoyens gardés à vue et accusés d'avoir troublé l'ordre public ou porté atteinte à la sûreté de l'Etat, il y a l'ancien chef d'état-major, Jean Marie Michel Mokoko, et l'ancien ministre, André Okombi Salissa, ainsi que les autres.

Arrêté le 17 juin 2016, Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à l'élection présidentielle du 20 mars 2016, est accusé d'atteinte à la sûreté de l'Etat et de détention illégale d'armes de guerre. De plus, le 13 février 2016, soit un mois avant l'élection présidentielle, une vidéo datant d'une dizaine d'années, le montre en train de discuter, dans les milieux secrets français, d'un projet de coup d'Etat. Les réseaux sociaux ont été mis en ébullition par cette vidéo.

Ancien chef d'état-major des Forces armées congolaises de 1987 à 1993, il est passé par l'Ecole supérieure militaire de Saint-Cyr, en France. Jean-Marie Michel Mokoko a été jusqu'à début février 2016 représentant spécial de la présidente de la Commission de l'Union africaine en Centrafrique.

Arrêté le 10 janvier 2017 à l'aube, en périphérie nord de Brazzaville, André Okombi Salissa y vivait en clandestinité pendant près de six mois, depuis l'élection présidentielle dont il était candidat.

Il est accusé, lui également, par les autorités de « détention d'armes et munitions de guerre et d'atteinte à la sûreté de l'Etat ». André Okombi Salissa a été plusieurs fois ministre, de façon ininterrompue de 1997 à 2012, dans différents gouvernements de Denis Sassou N'Guesso.

Il a étudié à Kinshasa d'où il sort avec un diplôme d'ingénieur avant de se rendre quelques années plus tard à Kharkov, en ex-URSS. Il a basculé dans l'opposition à l'approche du référendum constitutionnel de 2015. Député de Lekana (Plateaux) pendant la législature qui venait de s'achever, la demande de la levée de son immunité parlementaire a été formulée à l'Assemblée nationale par le procureur de la République, André Oko Ngakala, et adoptée en décembre 2016.

Congo-Kinshasa

Processus électoral - Le CNSA souhaite un échange entre Kabila et Olenghankoy

À la suite d'un constat préoccupant par rapport à l'évolution du processus électoral,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.