2 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Après les marches, villes mortes, klaxons - 2018 - Bruno Tshibala table sur les élections !

Le calendrier du 5 novembre 2017 livre l'essentiel du chronogramme des élections. Les acteurs politiques, toutes tendances confondues, sont appelés à s'inscrire sur la voie démocratique, en se préparant à la tenue des joutes électorales dont le rendez-vous a été fixé au 23 décembre 2018. "Toutes les autres voies, y compris les schémas atypiques, comme ceux d'une transition sans Kabila, ou de l'hécatombe ratée du 31 décembre 2017, ne sont qu'un pur leurre", admoneste-t-il.

Bruno Tshibala Nzenzhe, nommé Premier Ministre en avril et investi en mai 2017 avec l'ensemble des membres de son gouvernement, est des ces personnalités qui donnent, ici, les premières leçons pédagogiques à la classe politique, après toutes ses frasques récessives et les envolées oratoires dont la finalité n'aura été, à l'en croire, qu'une espèce de jeu, presque désespéré, des hommes à la poursuite du vent.

Si, après tous les stratagèmes, rien n'y va, quoi de plus normal que de rectifier le tir. Allusion faite aux marches, villes mortes, klaxons, cloches et autres sifflets, pour soit disant "renverser" le régime, alors que les élections qui constituent, pourtant, la voie royale pour accéder au strapontin du pouvoir, arrivent à pas de géant.

"Non, plus question de marches, ni de déclarations tonitruantes et incongrues. A bas la violence ! Allons aux élections". Tel est l'appel de Bruno Tshibala qui se félicite, en passant, de la maturité du peuple congolais à ne pas céder aux schémas alambiqués. Pour lui, en effet, depuis 2011, la classe politique n'a que trop parlé. L'heure est arrivée, insiste-t-il, de donner la parole au peuple afin qu'il puisse trancher, le 23 décembre 2018, dans les urnes. L'actuel processus, rassure-t-il, autant que l'a fait d'ailleurs le Président Kabila, lui-même, dans son traditionnel message de vœux à la nation, le 31 décembre 2017, est tellement irréversible que rien ne saurait l'arrêter, ni le dérailler.

Chemin irréversible

Les élections pour lesquelles le gouvernement qu'il dirige a promis de décaisser au courant de ce mois de janvier 2018, une bagatelle somme de 60 millions dollars américains, sont confirmées pour cette année. Pour preuve, le calendrier existe. La loi électorale a été examinée, adoptée et promulguée. Puis, le Budget des élections - 500 millions de dollars américains - a été, lui aussi, adopté en même temps que la loi des finances pour l'exercice 2018. D'ici la fin du mois de janvier 2018, la CENI, d'après son Président Corneille Nangaa, pourrait clore de manière définitive avec l'opération d'enrôlement des électeurs dans le fameux espace, autrefois, agité du Kasaï Central, Kasaï ou de la Lomami, vers Luilu.

Bruno Tshibala, au vu de ce tableau, considère qu'au lieu de s'investir dans des marches, les acteurs politiques feraient mieux de se préparer aux élections dont le train est déjà en marche.

Il recommande, enfin, que les politiciens, quelles que soient leurs visées, puissent tourner la page de ces manifestations de rue, s'ils veulent espérer être investis de la moindre parcelle de pouvoir en cette nouvelle 2018, après les empoignades électorales.

Pris ferme que quiconque, Bruno Tshibala lance également un appel en direction des responsables des confessions religieuses afin qu'ils contribuent tant soit peu, à l'assainissement des mœurs publiques.

La paix, l'amour et la solidarité doivent caractériser le fond de leurs messages à la nation en cette période cruciale de l'histoire politique de la RD. Congo.

Congo-Kinshasa

Que peut craindre Jean-Pierre Bemba en cas de retour au pays?

L'ancien vice-président congolais qui a été acquitté vendredi dernier par la Cour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.