3 Janvier 2018

Sénégal: Pikine - Le marché central au poisson fait sa mue

Erigé dans le département de Pikine, le marché central au poisson a commencé à souffrir de sa gestion et de son absence d'hygiène notoire. Le marché polarise plus de 4000 personnes qui suffoquent de ses égouts qui dégagent une odeur pestilentielle à des km à la ronde.

Les clients qui viennent s'approvisionner en poisson avaient commencé à déserter le marché à cause de l'insalubrité galopante qui y régnait, l'hygiène faisait défaut. Le marché constitue un des fleurons économique, voire le poumon économique de la banlieue dakaroise avec des milliers de personnes qui y gagnent leur vie.

Conscient des enjeux économiques du marché, la nouvelle Direction a tenu à rendre accessible le marché. Une vaste opération de nettoiement s'est tenue dans le marché avec l'appui de l'UCG.

«C'est pour permettre aux clients et opérateurs économiques qui fréquentaient le marché de revenir à nouveau, qu'on puisse avoir un marché qui servira d'exemple dans la sous-région», a d'emblée fait savoir Mouhamadou Abdoulaye Mbaye, directeur général du marché.

Ce dernier de poursuivre, en termes de perspectives, que «les défis sont nombreux. Tous les matins, les acteurs venaient torche à la main pour s'éclairer le chemin à 3h du matin.

Actuellement, tu peux ramasser une aiguille dans le marché la nuit. Le défi de l'éclairage a été relevé. Il y a le défi de la salubrité avec des tas d'immondices et le manque l'hygiène dans le marché.

On a pu gérer cette situation. Tout le monde constate que le marché à une autre image, pas celle qu'on a trouvé. Et, là, je félicite le personnel de nettoiement qui se bat pour maintenir le marché propre. Les gens avaient du mal à respirer à cause de l'odeur pestilentielle dans tout le marché.

Maintenant, vous vous rendez compte vous-même que cette odeur a disparu», a-t-il martelé. Le directeur général assure sur le suivi.

«Nous venons d'arriver et nous allons maintenir cette cadence parce que nous avons un appui de taille de l'UCG. A partir d'aujourd'hui, il y aura un suivi rigoureux et important pour maintenir la propreté afin de rendre attractif le marché».

Outre la lutte contre l'insalubrité, les saletés, le sol est décapé pour être dallé à niveau pour faire disparaitre les nids de poules qui jonchent tout le marché, dans le but de faciliter la circulation des véhicules, des clients et des camions-frigos.

Un vaste programme d'aménagement paysager est en cours de réalisation pour une régénération de la fleur qui y était afin d'embellir certaines zones du marché réservées au public. Même le bâtiment du restaurant est en ré- habilitation.

Pour le coordonateur de l'UCG, les gros moyens sont déployés pour lutter contre les tas d'immondices. «Le directeur a très tôt compris la place de la propreté dans les établissements recevant du public, mais surtout dans les équipements marchands comme le marché central au poisson.

Effectivement, beaucoup de personnes fréquentes cet équipement, on y vent des produits comestibles. Et impérativement, il y a besoin de propreté», a expliqué Ibrahima Diagne, qui poursuit pour conclure sur le suivi en indiquant qu'un système pérenne sera mis à contribution pour éviter de retourner à la situation d'insalubrité qu'a connu le marché. Le coordonateur a annoncé l'installation de bacs à ordures dans le marché pour la récupération des déchets.

Un geste salué par le personnel et les acteurs qui magnifient. «Nous sommes de tout cœur avec le directeur qui respecte ses engagements vis-à-vis des travailleurs. Nous le soutenons», a laissé entendre Mamadou Sow qui a parlé au nom du collège des délégués.

Sénégal

Mondial 2018 - Heure de vérité pour les Lions

L'heure de vérité a sonné pour les Lions qui affrontent, cet après-midi, la Pologne, au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.