3 Janvier 2018

Tunisie: Adieu Abdelkhalek, adieu l'ami

La grande faucheuse a eu raison de la passion de vivre avec les autres, et souvent pour les autres, d'un professionnel confirmé et d'un ami de la presse sportive : Abdelkhalek Saâdaoui.

En fin d'après-midi du premier jour de l'année 2018, beaucoup de tristesse et d'émotion à l'annonce d'un départ inattendu, suite à une maladie qui l'a ravi comme un éclair à la fleur de l'âge.

Jusqu'au bout, Abdelkhalek a été fidèle à sa réputation : imprévisible, tenace et déroutant avec un brin d'humour dont il avait seul le secret ! Même face à la mort, il a tenu la dragée haute, l'affrontant pendant quelques jours, le temps d'une petite éclipse auprès de ses amis. Le temps d'être emporté par un fatal arrêt. Vaincu par la maladie? Non, puisqu'il n'a même pas eu le temps de se battre et de résister. Comme il avait d'ailleurs l'habitude de le faire tout au long de sa vie avec un courage admirable et prestigieux.

Celui qui avait achevé ses études de droit savait quelque part que le déclenchement de sa carrière professionnelle le fera atterrir dans le sport. Pas par un simple hasard, puisque la passion pour le sport ne lui laissera plus aucun répit. Connaissant chaque millimètre carré des plus grands stades et des plus petits terrains, il avait rempli une vie professionnelle à la fois riche et héroïque au service du sport où il a écrit ses lettres de noblesse à travers de grands reportages, les grandes compétitions et les épreuves sportives de haut niveau.

Ne reculant jamais devant les obstacles ou les défis, il est toujours allé au feu en quête de la perfection. Que ce soit sur les terrains ou dans les coulisses, l'homme n'a jamais baissé le pavillon ou courbé l'échine pour le besoin d'informer et le droit de savoir.

Ses reportages astucieusement ouvragés prenaient parfois l'allure d'une plaidoirie en faveur de l'esthétisme sportif. L'éthique et la morale étant érigées en un précepte religieux et infranchissable. Il avait une conscience vive de sa profession, ainsi que de ses responsabilités. Au point même qu'il donnait l'impression de n'avoir de soucis que pour le travail bien fait. Il mettait toujours le cœur à l'ouvrage, utilisant ses réseaux, nouant des relations de confiance pour faire passer « la voix du sport». Brisant les tabous et préjugés, il collaborait avec toutes les composantes du milieu sans a-priori.

Il a tissé tout au long de sa carrière un impressionnant réseau de relations amicales avec ses collègues inconsolables de la perte de ce frère ; et les sportifs de tout bord.

Fier et convaincu, il avait gravi avec brio tous les différents échelons de la profession. D'abord, chef de service sport de la Télévision nationale en 2011, puis la même responsabilité et les mêmes prérogatives à la Nationale 2. Poste qu'il dirigea avec doigté jusqu'à son dernier jour, en travaillant à la promotion et à la visibilité de cette chaîne.

Sur le plan social et humain, Abdelkhalek était toujours de bonne humeur. Il avait le contact et l'accessibilité faciles en dépit d'un caractère quelque peu trempé. Toujours ouvert au dialogue, réceptif au partage et à la solidarité.

Quant à nous, on se souviendra de sa première apparition dans notre groupe du côté d'El Menzah 5 au café «Al Aamal». Il lui avait fallu quelques minutes pour s'y adapter et déjà les fameux «Habibi Hamma», «Samy» et «Hagui» ne cessaient de résonner, en sa présence comme en son absence, et annonçaient chaque fois son arrivée. La nouvelle de son décès soudain nous a bouleversés, dévastés et plongés dans la tristesse et l'amertume de ne plus revoir le visage familier d'un ami franc et sincère. Sa disparition ravive en nous les images d'un homme saisissant et brûlant, échauffé, toujours au cœur des joutes oratoires ou des débats. Nous l'avons côtoyé et apprécié. Un homme qui reste à jamais dans nos cœurs, dans nos têtes, dans notre âme.

Repose en paix l'Ami ! Que Dieu, le Très Miséricordieux te réserve Son Paradis éternel.

Tunisie

Chahed devant le parlement européen - "Le vote contre la prolongation du mandat d'exercice de l'IVD ne signifie point la fin du processus de la justice transitionnelle"

BRUXELLES, 24 avr. 2018 (De l'envoyé de TAP Sofien Manai) - Le vote contre la prolongation du mandat d'exercice… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.