3 Janvier 2018

Cameroun: Déficit énergétique et production agricole dans l'Adamaoua - Situation sous contrôle mais...

La mission interministérielle dépêchée par le chef de l'Etat qui a séjourné le 29 décembre dernier à Ngaoundéré annonce des réponses fortes dans les prochains jours.

Au crépuscule de 2017, la situation énergétique dans l'Adamaoua reste préoccupante. Au coucher de cette année, une aube nouvelle pointe néanmoins à l'horizon en 2018. La semaine dernière, une grande partie de la ville de Ngaoundéré était sevrée d'eau. Quand ce n'est pas le précieux liquide qui ne coule pas dans les robinets, c'est le courant qui fait défaut du fait du rationnement de l'énergie électrique.

C'est la situation qu'a trouvée la délégation interministérielle dépêchée par le chef de l'Etat dans l'Adamaoua. Conduite par Basile Atangana Kouna, ministre de l'Eau et de l'Energie, cette mission avait pour « feuille de route » d'évaluer la situation de l'approvisionnement en énergie électrique et de la production agropastorale dans les trois régionales septentrionales. Ngaoundéré était la dernière halte de cette mission après Maroua et Garoua.

La délégation interministérielle a démarré sa mission par un arrêt à la station de pompage d'eau potable à Wakwa. Là-bas, les travaux de réhabilitation, de renforcement et d'extension du système d'alimentation en eau potable de la ville de Ngaoundéré par une société indienne sont en cours pour une durée de 18 mois.

Après cette extension, la fourniture d'eau qui est de 6000 m3 d'eau par jour passera à 12000 m3. A l'abattoir industriel de Ngaoundéré, projet du Plan d'urgence triennal, deuxième site visité, l'ouvrage qui sera exploité par la Sodepa n'attend plus que son opérationnalisation. Mais un sérieux problème de fourniture d'énergie électrique se pose avec acuité. Pour la période d'essai seulement, la facture d'électricité s'élève à 11 millions de F.

Il est question de trouver une solution alternative à l'énergie fournie par Eneo. La solution du solaire est préconisée. La visite du poste de production de l'électricité de Ngaoundéré, communément appelée « Centrale Sonel » a été également effectuée. Selon le directeur général d'Eneo, Nana Kontchou, deux transformateurs de grande capacité seront installés pour compléter la fourniture actuelle.

La mission a également marqué un arrêt à la mini laiterie de Ngaoundéré dont la capacité de production est de 1500 litres par jour. Construite en partenariat avec l'Union européenne, elle tourne encore au ralenti. Concernant le volet agricole, la visite de l'usine Maïscam à Borongo dans l'arrondissement de Ngan-ha a permis de mesurer le potentiel agricole de la filière maïs dans cette zone et l'apport du secteur privé dans le développement de ce secteur clé.

Le gouverneur de la région de l'Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar, assisté des cinq préfets de la région, a rassuré la délégation de ce que la situation bien que préoccupante reste néanmoins sous contrôle. Après les visites de terrain, la délégation interministérielle a eu une séance de travail avec les forces vives de la région, les chefs traditionnels.

Cameroun

Deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes

Au Cameroun, la crise anglophone perdure. Alors que des combats ont éclaté ce week-end entre soldats et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.