3 Janvier 2018

Sénégal: Education et Santé / Assainissement - 70 milliards de FCfa pour améliorer le cadre de vie de 10 villes

Une dizaine de villes auront un visage plus reluisant dans les prochains mois. Le président Macky Sall avait lancé, le 5 mars 2017, à Louga, le projet évalué à 70 milliards de FCfa et qui va transformer le cadre de vie de ces villes.

Dans le secteur de l'assainissement, les autorités ont lancé des projets de grande envergure. En procédant à la pose de la première pierre du Projet d'assainissement de 10 villes, le président de la République, Macky Sall, a posé un acte fort de la transformation du cadre de vie pour des milliers de Sénégalais.

Des ouvrages seront construits à Dakar, Pikine, Rufisque, Louga, Tambacounda, Kaolack, Matam, Saint-Louis, Tivaouane et Touba. L'accès aux services de l'assainissement contribue à protéger les bénéficiaires contre les maladies liées aux eaux usées, à l'insalubrité, etc.

Ce n'est pas tout. C'est aussi une question de dignité surtout que nous sommes dans une société africaine. C'est là que réside toute la portée sociale de ce projet qui touchera 2.909.900 personnes à travers le Sénégal.

Des centaines de kilomètres de réseau d'évacuation des eaux usées, des dizaines de stations de pompage et 503 édicules scolaires seront construits.

« Ce projet est une réponse concrète et efficace aux besoins exprimés par les populations qui veulent vivre dans des villes offrant des services de qualité », avait défendu le président de la République.

La carte des villes assainies va s'élargir. Le visage des villes va changer. Jusqu'ici, l'assainissement était le parent pauvre en termes d'affectation du budget. La tendance s'est inversée depuis 2012. Il est devenu un secteur prioritaire pour les autorités. Cette attention se mesure à la fois par le volume des investissements et par la mobilisation des fonds.

« Le lancement de ce grand projet prouve notre détermination à changer le visage de nos villes. C'est une volonté politique forte, une option stratégique de renforcer les réseaux d'assainissement des centres urbains et des villages des pays », a fait savoir Macky Sall lors de la cérémonie de lancement du projet à Louga.

100.000 latrines pour le monde rural

Dans le monde rural, l'accès aux services va toucher plus de Sénégalais. Il est prévu la construction, en 2018, de 100.000 latrines dans les régions périphériques. Pour les villes comme Kaolack, les ouvrages qui seront construits évacueront, à jamais, les problèmes des inondations.

La lutte contre ce phénomène va se poursuivre en dépit des bons résultats enregistrés depuis le lancement du Programme décennal de lutte contre les inondations.

« Parallèlement à la mise en place de ces ouvrages, la lutte contre les inondations va se poursuivre. C'est dire que mon gouvernement accorde une importance capitale à l'amélioration du cadre de vie des Sénégalais et à leur épanouissement », a soutenu Macky Sall.

Ce projet d'une grande envergure est la marque de confiance que les bailleurs accordent au Sénégal. Les résultats obtenus au cours de ces dernières années, leurs impacts sur le vécu des Sénégalais et les options stratégiques ont déterminé la mobilisation des ressources financières.

Le président de la République a magnifié l'action de la Banque ouest-africaine de développement (Boad) qui a dégagé une enveloppe de 54 milliards de FCfa sur les 70 milliards nécessaires pour la réalisation du projet.

« Je vous dis merci et je vous encourage. Vous devez être fier de ce que vous faites pour les 8 pays membres de l'espace Uemoa », a souligné Macky Sall à l'adresse du patron de la Boad, Christian Adovélande.

Relever le défi de l'assainissement dans les Odd

Le Sénégal fait partie des rares pays subsahariens qui avaient atteint l'accès à l'eau potable pour les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd).

Les autorités ambitionnent de réaliser les mêmes performances pour l'assainissement dans les Objectifs de développement durable (Odd). En effet, après le bilan mitigé de la réalisation des Omd pour le volet assainissement, les pays comme le Sénégal n'ont pas d'autres choix que de hâter le pas.

Si l'approche est inchangée, il ne faudrait pas se faire d'illusion, les indicateurs seront hors de portée. Le Projet d'assainissement des 10 villes, lancé par le président Macky Sall, le 5 mars 2017, à Louga, entre dans cette logique.

Il vise à faire passer le taux d'accès à l'égout, dans la zone du programme, de 56 % en 2014 à 60 % en 2019, soit près de 200.000 personnes bénéficiaires dans les 9 villes. Pour la 10e ville, Kaolack, ce sont des ouvrages de drainage qui y seront construits.

En plus de ce projet, la construction des ouvrages inscrits dans le Programme décennal de lutte contre les inondations a permis d'améliorer le cadre de vie.

Aujourd'hui, aussi bien à Dakar que dans des localités de l'intérieur, des Sénégalais ressentent moins les impacts des inondations. Mais, la lutte est loin d'être gagnée. C'est pourquoi, le 29 juin dernier, les travaux de drainage des eaux pour des quartiers de Dakar ont été lancés.

La ville de Sédhiou sera, elle, dotée d'ouvrages d'évacuation des eaux pluviales. Au-delà de la restauration du principe d'équité, ce projet, lancé par le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Mansour Faye, le jeudi 27 avril 2017, pour un coût de 1,3 milliard de FCfa, est à inscrire sur le compte de la résolution des problèmes d'assainissement par les autorités.

Sédhiou n'est pas un cas isolé. Des villes comme Dagana, Richard-Toll, Mbour, Diourbel, Mbirkilane, Malem Hodar, Guinguineo, Nioro du Rip et Koungheul seront dotées d'un plan directeur d'assainissement conformément aux directives présidentielles.

Sénégal

Regain de tension en Casamance - La socièté civile locale calme le jeu

Les responsables de l'Église catholique ne sont pas les seuls à s'inquiéter de la situation qui… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.