3 Janvier 2018

Sénégal: Affaire de la caisse d'avance de la mairie de Dakar - Khalifa Sall et Cie poursuivis

Photo: Sud Quotidien
M. Khalifa SALL, le maire de la ville de Dakar est actuellement en prison

L'année 2017 sera certainement inoubliable pour le maire de Dakar et certains de ses collaborateurs inculpés dans l'affaire de la caisse d'avance de la mairie. Leur procès, prévu le 03 janvier 2018, pourrait s'étaler sur une partie de 2018 avant de livrer son verdict.

L'arrestation et la détention provisoire du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a été l'une des actualités majeures qui ont fait les choux gras de la presse en 2017. Ce dossier polico-judiciaire continuera de faire couler beaucoup d'encre et de salive en 2018.

En effet, le procès de l'édile de la capitale a été renvoyé au 03 janvier 2018 en audience spéciale par le Tribunal correctionnel de Dakar. L'ancien ministre socialiste est poursuivi pour escroquerie portant sur les deniers publics, détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux en écritures.

Le procureur de la République a dit, lors d'une conférence de presse tenue le 03 mars 2017, avoir reçu le rapport n°12/2016 du 24 mars 2016 de l'Inspection générale d'Etat demandant, dans sa recommandation n°1, l'ouverture d'une information pour élucider la manière dont les fonds de la caisse d'avance ont été gérés.

Cette inspection, selon le maître des poursuites, a eu à relever un montant de 1,830 milliard de FCfa qui a été dépensé sans que justification soit faite.

Auparavant, M. Sall avait été convoqué et entendu sur sa gestion les 21 et 22 février, pendant plusieurs heures d'affilée, à la Division des investigations criminelles (Dic).

Malgré les dénégations du mis en cause, la machine judiciaire a été mise en marche quelques jours après la sortie du procureur, Serigne Bassirou Guèye. Le mardi 08 mars, Khalifa Sall et ses co-inculpés ont été placés sous mandat de dépôt par le doyen des juges Samba Sall.

Il s'en est ensuivi une longue bataille juridique entre le parquet et l'accusé. Les avocats de la défense ont, à plusieurs reprises, vainement sollicité une liberté provisoire devant les juridictions compétentes.

Mais partout, c'est un revers. Récemment, la procédure aux fins d'obtenir la liberté provisoire contre cautionnement qu'ils avaient déclenchée n'a également abouti à rien.

Aujourd'hui, le destin de Khalifa Ababacar Sall est entre les mains du juge Maguette Diop, ancien président de l'Union des magistrats sénégalais (Ums) et ses deux assesseurs Pape Abdoulaye Dondé et Elisabeth Thiam qui sont chargés de dire le droit.

En savoir plus

Ingérence présumée dans l' « affaire Khalifa Sall » - L'Association des maires du Sénégal écrit à Anne Hidalgo

Les sorties récurrentes de Mme Anne Hidalgo, la mairesse socialiste de Paris, plaidant en faveur de son homologue… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.