4 Janvier 2018

Ethiopie: Derrière le boom, l'Ethiopie peine à redorer son blason

Ces derniers temps, les Éthiopiens sont descendus moins souvent dans la rue pour protester contre le gouvernement. Mais les frustrations restent grandes et les progrès économiques ne profitent pas à tous.

L'Ethiopie a promis mercredi de libérer plusieurs prisonniers politiques et de fermer une prison où la torture serait régulièrement pratiquée. Le Premier ministre Hailemariam Desalegn a précisé que les individus déjà condamnés seraient graciés et que les accusations seraient abandonnées pour ceux en instance de jugement.

En revanche, il n'a donné aucune indication sur le nombre de gens concernés et il n'a pas non plus dit si cette mesure s'étendrait aux milliers de personnes considérées comme des prisonniers politiques par les groupes de défense des droits de l'Homme.

Si le nombre exact de prisonniers n'est pas connu, on sait que plus de 21.000 personnes, selon les chiffres officiels, ont été arrêtés dans le cadre de l'état d'urgence, instauré entre octobre 2016 et août 2017.

Ce dernier avait été déclaré en réaction à une vague de manifestations anti-gouvernementales lancées en 2015. Entre temps, elles se sont calmées sans pour autant que des réponses soient apportées à la frustration des Oromo et des Ahmara, les deux principales ethnies du pays, à l'origine de la contestation. Fin 2017, les violences ethniques ont fait encore une soixantaine de morts dans le pays mais les autorités ne semblent toujours pas prêtes à dialoguer.

Ethiopie

Fin des négociations de paix en Ethiopie sans accord signé

Les négociateurs sud-soudanais réunis à Addis-Abeba depuis une semaine se sont quittés… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.