8 Janvier 2018

Sénégal: Casamance, l'émoi suite à un massacre dans une forêt

Drapeau national en berne et des minutes de silence. Le Sénégal observe deux jours de deuil national après le meurtre de treize personnes samedi en Casamance. Un drame qui relance la question du trafic illicite de bois.

Le Sénégal observe lundi et mardi, un deuil national après le meurtre samedi de treize personnes, dans une forêt de la région de Casamance dans le sud du pays.

Les victimes seraient allées chercher du bois quand elles ont été attaquées par un groupe d'hommes non identifiés. L'armée sénégalaise continuait ce lundi de chercher les auteurs du massacre. Un massacre condamné entre autres par une organisation se présentant comme étant le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), nom de la rébellion indépendantiste qui opère depuis 36 ans dans cette région du Sud du Sénégal.

Mais l'environnementaliste et ancien ministre de la pêche Haidar El Ali se veut prudent. Basé lui-même en Casamance, il déplore le fait qu'il y ait des éléments indépendantistes qui soient impliqués dans le trafic illicite de bois. D'après lui, les victimes du drame du 6 janvier 2018 auraient été attaquées dans une zone où il règnerait une grande insécurité. Il met aussi l'accent sur la grande ampleur du trafic de bois à destination notamment d'un pays asiatique, avec la complicité d'agents tapis dans l'administration.

Depuis qu'il a quitté ses fonctions de ministre de la pêche du Sénégal, Haidar El Ali préside l'Ong "Océanium" qui est une organisation écologique.

Sénégal

La Casamance en mal de touristes français

Avant l'éclatement du conflit, au début des années 1980, environ 75 touristes venaient visiter la… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.