9 Janvier 2018

Afrique de l'Ouest: G5-Sahel - Un fonds fiduciaire mis en place

Photo: Le Pays
Sommet du G5 Sahel

La réunion ministérielle conjointe sur l'opérationnalisation de la Force-conjointe du G5 sahel tenue le 8 janvier 2018 a pris « d'importantes » décisions dont la création d'un fonds fiduciaire, chargé de la gestion des contributions mises à la disposition de cette organisation par les différents partenaires.

Le G5 sahel dispose d'un instrument pour recevoir les ressources nécessaires à la mise sur pied de la de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S).

La réunion ministérielle conjointe sur l'opérationnalisation cette force, tenue le 8 janvier 2018 à Bamako, a décidé de mettre en place un fonds fiduciaire. Pour encadrer la gouvernance de ce fonds, les ministres de cette organisation ont créé deux comités. L'un dit de soutien et l'autre appelé comité de contrôle.

Le premier vise à examiner, avec les contributeurs, les besoins de la force conjointe. Le second, comme son nom l'indique, est un organe de contrôle et de gestion des fonds.

La mise en place de cet organe est important car, selon le ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l'extérieur, Alpha Barry, co-animateur d'un point de presse avec ses homologues malien et nigérien à la fin de la rencontre, les contributions seront directement gérées par les pays membres du G5 Sahel, comme l'a recommandé la réunion de haut niveau tenue le 13 décembre 2017 à la Celle Saint-Cloud en France pour la sécurisation de l'espace sahélo-saharien.

« Nous avons le défi d'éradiquer l'insécurité mais l'autre défi interne est la gestion des fonds mis à la disposition de notre espace », a-t-il souligné.

Le chef de la diplomatie burkinabè a indiqué qu'un manuel de procédure va être élaboré de sorte à garantir une traçabilité des fonds alloués au Secrétariat permanent du G5 Sahel. Celui-ci, du reste, a précisé le ministre Barry, va être outillé avec certains partenaires de sorte à ce qu'il soit dans les capacités optimales pour pouvoir gérer les différents fonds.

L'Union européenne ne gèrera-t-elle plus les fonds ? « Les décisions que nous avons prises font suite à celles prises le 13 décembre 2017 à la Celle Saint-Cloud où il a été clairement indiqué qu'il faut mettre en place un mécanisme de gestion des fonds par les Etats membres du G5 Sahel », a répondu Alpha Barry.

Pour lui, la mise en place de comité de contrôle est importante pour les pays membres du G5 mais aussi pour les contributeurs en ce sens qu'il donnera la garantie que les fonds ne sont pas utilisés à d'autres fins.

Le président du conseil des ministres du G5 Sahel, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali, Tiéman Hubert Coulibaly, a affirmé que la réunion de Bamako est très importante parce qu'elle se tient avant le prochain sommet de Niamey, puis la réunion des donateurs du 23 février 2018 à Bruxelles autour des grands objectifs du G5-Sahel.

Il a précisé que 294 milliards de FCFA ont été déjà enregistrés par l'organisation des cinq pays du Sahel. Il a, par ailleurs, annoncé que des opérations militaires vont se mener mais à l'insu des medias. « Nous ne trainons pas. Le processus nécessite beaucoup de travail.

Nous sommes dans un bon tempo. La communauté internationale est mobilisée. De plus, nous avons bénéficié du soutien des Nations Unies », a répondu le ministre Coulibaly pour dissiper l'inquiétude d'un journaliste qui dit avoir constaté une lenteur dans l'opérationnalisation de la force conjointe du G5 sahel.

En savoir plus

Le G5 Sahel crée un fonds pour gérer les aides à la lutte contre le terrorisme

Au cours d'une rencontre des pays membres du G5 au niveau ministériel à Bamako au Mali, il a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.