9 Janvier 2018

Soudan: Le triangle de Halayeb, pomme de discorde entre le Soudan et l'Egypte

Les relations se détériorent de nouveau entre Le Caire et Khartoum. La récente crise entre les deux capitales est indirectement provoquée par la Turquie.

Le Soudan a concédé une île à Ankara, lors de la visite de Recep Tayeb Erdogan à Khartoum, le 25 décembre dernier. Cette île se transformera en base militaire pour la Turquie en mer Rouge. Question qui irrite l'Egypte au plus haut niveau d'autant que cette île fait partie du triangle frontalier de Halayeb, objet de litige, depuis de longues années entre l'Egypte et le Soudan.

Jeudi dernier, le Soudan avait rappelé en urgence son ambassadeur au Caire. Khartoum disait que c'était en signe de protestation contre l'ingérence égyptienne dans les affaires intérieures soudanaises et le ministre des Affaires étrangères égyptien a fini par reconnaître que cette nouvelle détérioration des relations est dûe au triangle frontalier.

Le triangle d'Hala'ib ou Halayeb

Cette zone du triangle de Hala'ib ou de Halayeb est gérée administrativement par l'Egypte et ses habitants votent lors des élections en Egypte. Bordé par la Mer Rouge, il était contrôlé conjointement par le Soudan et l'Égypte jusqu'en 1992, année où Khartoum a accordé des droits à une compagnie pétrolière étrangère. L'armée égyptienne a alors envahi le territoire, forçant les Soudanais à partir, et gère depuis administrativement ce territoire.

Alors que c'est le Soudan qui a l'habitude de saisir l'ONU de manière systématique pour réclamer son autorité sur ce triangle, c'est le Caire qui menace aujourd'hui d'aller devant le Conseil de sécurité. Les provocations se multiplient des deux côtés.

Multiplication des gestes d'hostilité

Le Caire construit une centaine de bâtiments à Halayeb, diffuse sur sa chaîne nationale des programmes en direct de cette région et le ministre des Affaires religieuses fait son discours du vendredi de la mosquée de l'île Suwaken.

De son côté le Soudan annonce qu'il ne reconnaîtra plus l'accord de démarcation des frontières signé en 2016 en Arabie Saoudite, accord qui maintient le statu quo sur ce triangle. Il fait allusion à son possible retrait de l'accord dit de «quatres libertés», qui permet la libre circulation et le droit de possessions aux citoyens des deux pays.

Et l'on comprend enfin les raisons réelles de la fermeture des frontières soudanaises avec l'Erythrée et la déclaration de l'état d'urgence dans cette région, calme d'habitude. Omar el-Béchir craint un coup d'Etat. Selon Khartoum, l'Egypte encouragerait une mobilisation militaire en Erythrée à la frontière du Soudan. Frontière où des rebelles Darfouri ont été également remarqués.

Le triangle de Halayeb, pomme de discorde entre le Soudan et l'Egypte

Soudan

Condamnation à mort de Noura Hussein - L'ONU exhorte le Soudan à garantir ses droits

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exhorté vendredi les autorités du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.