9 Janvier 2018

Cameroun: Don d'ordinateurs aux étudiants - Enquête froide sur les jouets de BIYA déjà à l'Avenue Kennedy

D'une capacité de stockage (disque dur) de 28,4 Gigaoctets, les ordinateurs de Paul Biya soulèvent tellement la polémique qu'il sera difficile pour les étudiants en attente de donation de saliver.

Enquête froide

D'après notre enquête depuis la remise des ordinateurs, le fonctionnement de ces « jouets » dit révolutionnaire s'est arrêté. Notre enquête qui se base sur des ordinateurs de 10 étudiants rencontrés qui affirment qu'ils n'ont fonctionné que 24 heures. Ensuite la « suite Office 2016 » ou le logiciel « Office 2016 » qui était supposé continuer à permettre tout au moins aux étudiants de faire des saisies avec l'application Word y compris d'autres applications telles que Publisher, Powerpoint, etc. demandait une clé de produit. C'est-à-dire d'après des explications d'un expert « qu'aucune licence de « Office 2016 » n'a été acheté pour permettre le fonctionnement optimal du système d'exploitation Windows 2016 qui lui est presque gratuit.»

Toujours d'après notre expert, c'est chaque ordinateur qui doit s'acquitter d'une licence de « Office 2016 » même si au final il pourrait bénéficier d'un accès au Cloud de Microsoft pour des sauvegardes en ligne. Ce qui en réalité aurait dû être prise en compte dans l'estimation de l'opération d'achat. Hélas !

Donc pour conclure, depuis la première distribution du lot de 80 000 appareils qui a débuté à l'Université de Yaoundé 1, plus aucun ordinateur n'est fonctionnel pour les travaux des étudiants. Et seul la possibilité de jouer de la musique ou faire des travaux presqu'inutiles sont offerts. Que s'est-il passé ?

Le désaveu des étudiants

D'après plusieurs constats, plusieurs étudiants anonymes, après avoir reçu ce don et constatés qu'ils ne servent à rien se sont rendus à la sauvette au lieu-dit et réputé « Avenue Kennedy ». Cet endroit par excellence qui regorge d'une ingénierie à nulle autre pareille dans une autre vile du Cameroun.

A « l'Avenue Kennedy » pour racheter cet ordinateur la somme de 20 000 Fcfa est d'office proposée. Pour certains étudiants, téméraires, ils acceptent se faire reprendre leur don pour 25 000 Fcfa. En faisant un calcul simple sur le montant alloué pour l'achat à savoir 75 000 000 000 Fcfa (Soixante Quinze Milliards Fcfa) pour 500 000 ordinateurs commandés, le prix de revient d'un ordinateur est estimé à 150 000 Fcfa.

Hors en poussant assez loin nos enquêtes, l'on pourrait faire la commande du même ordinateur, avec les mêmes caractéristiques et spécificités sur le site de E-commerce en ligne ALIBABA. Sur ce site très réputé de commerce en ligne, le prix d'achat du même ordinateur octroyé aux étudiants revient à 45 000 Fcfa livré en Chine. Lorsqu'on sait que ces ordinateurs, dons du Chef de l'Etat camerounais Paul Biya, ont bénéficié d'un avenant pour le transport et autres frais qui ont au final fait couter à l'opération plus de 105 milliards de Fcfa, la certitude de la prise en compte du transport pour la livraison au Cameroun saute aux yeux. Mais quelle différence de prix ?

Entre 45 000 Fcfa, le prix commandé et payé sur ALIBABA avec une marge bénéficiaire du site de E-commerce livré en Chine et 150 000 Fcfa payé pour la production des mêmes ordinateurs toujours livrés en Chine, la somme de 105 000 Fcfa se trouve être la marge de bénéfice qu'à engendré l'opération. Soit 52 500 000 000 Fcfa (Cinquante deux milliards cinq cent millions de Fcfa). Cet argent est-il un trésor de guerre pour les prochaines élections ? Tout porte à croire après déduction que ce pactole de guerre est le sauf conduit préparé par le Président Paul Biya au travers de cette opération farfelue et connue pour garantir tout au moins une Election présidentielle qui lui octroiera « son mandat. »

Mensonge d'Etat

En Chine ou en Russie lorsqu'un fonctionnaire pose un acte de Haute trahison soit il se suicide avec une balle dans la tête soit il était arrêté et assassiné en coulisse. Mais au Cameroun rien de tout cela ne va arriver.

Monsieur ATSA Etoundi qui semble être le mouton noir exposé par le Ministre Jacques FAME NDONGO pour justifier le fiasco technique et organisationnel de l'opération de distribution des 500 000 ordinateurs a jusqu'aujourd'hui du mal à convaincre et n'a daigné donner une autre réponse en dehors de celle rédigée après demande d'explication par le MINESUP.

D'après ladite lettre adressée au Ministre de l'Enseignement Supérieur, l'ancien Chef de département informatique de l'Université de Yaoundé 1 avoue que les ordinateurs PB Hev sont équipés « d'un système Microsoft Office Académy 365 qui lui donne la capacité de 1000 Gigaoctets de stockage dans le Cloud de Microsoft. » Une affirmation spécieuse sur la capacité de 1 000 Go qui ne peut être affirmative en parlant de Cloud. Pour les novices, un Cloud est un serveur qui sert de stockage mais qui ne peut ni être administré ni être accessible par les utilisateurs. En français facile, les étudiants qui voudront utiliser cette facilité s'exposent au vol de leurs travaux s'ils n'ont la possibilité plus tard de récupérer les différents dépôts effectués dans le Cloud. Ou encore en se connectant via leurs ordinateurs ils sont exposés au piratage de leurs appareils qui pourrait aboutir au vol de leurs recherches.

Conclusion, après avoir bradé les richesses des Camerounais, le Président Paul Biya brade pour sa fin de règne le cerveau des étudiants Camerounais éligibles pour l'octroi des 500 000 ordinateurs. Car la recherche n'ayant aucun PRIX, elle va être volée par Microsoft sans qu'aucun étudiant ne soupçonne le subterfuge.

Cameroun

Le Cameroun demande au Nigeria l'extradition de séparatistes

Ni le Nigeria ni le Cameroun ne l'ont confirmé officiellement, mais dix militants séparatistes camerounais… Plus »

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.