10 Janvier 2018

Centrafrique: Deux condamnations par contumace à la perpétuité pour le meurtre de Modeste Bria

En Centrafrique, deux accusés ont été jugés en leur absence mardi 9 décembre à la Cour criminelle de Bangui, pour le meurtre en novembre 2013 d'un haut magistrat, Modeste Bria.

Cet assassinat avait suscité une immense onde de choc dans la société centrafricaine, entrainant le blocage quasi-complet du système judiciaire centrafricain pendant des mois. Les deux accusés ont été condamnés par contumace à la prison à vie.

Crime crapuleux ou politique ? « On a la ferme conviction qu'il s'agit d'un crime commandité » commente aujourd'hui un magistrat du parquet.

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2013, Modeste Bria, directeur des services judiciaires au ministère de la Justice, est attablé dans un petit bar du quartier Sica 2 à Bangui.

Deux hommes s'assoient à la table d'à côté, puis le suivent lorsqu'il quitte les lieux. Au moment où il regagne son véhicule, ils l'abattent et repartent avec la voiture. Des éléments qui accréditent la thèse d'un crime commandité.

A la vérité, personne n'a jamais réellement cru à la thèse du crime crapuleux mise en avant à l'époque par le gouvernement du régime Djotodia. La conséquence - peut être voulue par les instigateurs présumés - aura été le blocage complet du système judiciaire centrafricain pour des mois.

Mardi, devant la Cour criminelle de Bangui, les deux accusés, dont la trace a été retrouvée dans la ville de Bria, ont été présentés comme appartenant alors à la Seleka et liés à Noureddine Adam.

Toutefois, ni Malam Oumar alias Oumar Saïd ni Bienvenu Junior Bolowane n'étaient dans le box pour répondre à ces accusations.

Selon le parquet, le second pourrait même être mort. Mais en l'absence de certitude, il a été condamné comme son comparse à la perpétuité et 250 millions de francs CFA de dommages et intérêts.

Centrafrique

Le retour des taxis au PK5 à Bangui

A Bangui, cela faisait plus d'un mois, depuis l'opération qui était censée désarmer les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.