9 Janvier 2018

Sénégal: Les industries extractives de Kédougou ont contribué au Trésor public pour 32,4 milliards CFA en 2016 (ITIE)

Dakar — Les industries extractives de la région de Kédougou (sud-est) ont effectué au Trésor public "des paiements cumulés" de 32,4 milliards FCFA en 2016 contre 18,4 milliards FCFA en 2015 et 13 milliards FCFA l'année d'avant, a appris l'APS.

"Les industries extractives de Kédougou ont effectué des paiements cumulés de 32,4 milliards FCFA en 2016 contre 18,4 milliards en 2015. Elles n'avaient versé que 13 milliards au Trésor, soit une hausse de 43% des contributions", rapporte un communiqué.

Ce texte a été publié mardi à Kédougou, à l'issue des travaux de la deuxième rencontre régionale de présentation des rapports ITIE 2015 et 2016.

Il explique que "cette hausse est due notamment à la fin de la période d'exonération de Sabodala Gold Operations combinée à l'augmentation des contributions des entreprises AGEM Iamgold, Mako Exploration et Sabodala Mining Company".

Après Thiès, une réunion du Comité national de l'initiative pour la transparence dans les industries extractives s'est tenue à Kédougou, en présence notamment du gouverneur William Manel du président de l'ITIE Mankeur Ndiaye.

Etaient également présents, des membres de la société civile, des représentants des communautés impactées par les activités minières, des organisations communautaires de base (OCB) et des élus locaux.

De même, des entreprises extractives présentes dans la zone, des chefs de services régionaux, des mouvements de jeunes et de femmes, entre autres, avaient participé à cette rencontre.

Celle-ci a constitué une occasion pour le Comité national ITIE de partager les principaux résultats contenus dans les Rapports ITIE et de promouvoir "un dialogue constructif" entre les différents acteurs de la région minière autour des mécanismes de répartition et de partage des revenus issus du secteur extractif, note le communiqué.

Selon la même source, à l'issue de la rencontre, le gouverneur a donné des assurances quant à la redynamisation du cadre régional de concertation sur le secteur minier à Kédougou, qui devrait permettre de "résorber le déficit de communication qui alimente les incompréhensions entre l'Etat, les communautés affectées et les compagnies minières présentes dans la zone".

La question du Fonds de péréquation et d'appui aux collectivités territoriales a également été abordée par la rencontre, dans le but de "faire avancer l'agenda de la transparence dans ce domaine", apprend-on.

La publication, en octobre dernier, des deux rapports ITIE "consacre ainsi, l'attachement indéfectible de l'Etat, des Organisations de la société civile et des entreprises extractives, à maintenir à un niveau élevé, l'engagement résolu à faire de la transparence, une réalité dans la gestion des industries extractives au Sénégal".

Sénégal

CM 2022 - Des entreprises du BTP au Qatar versent plus de 6 milliards et demi aux travailleurs migrants (médias)

Ekaterinbourg (Russie), 23 juin (APS) - Les travailleurs migrants au Qatar recevront une enveloppe de 12 millions de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.