10 Janvier 2018

Centrafrique: Ces rebelles qui terrorisent Paoua

Photo: UNICEF/CAR/2008/Pierre Holtz
Réfugiés (archives)

La préfecture de Paoua dans le nord-ouest de la République Centrafricaine toujours en proie à des violences. Des rebelles sont accusés d'avoir tué, pillé, détruit en masse. Des milliers de personnes fuient les villages.

Des combats ont opposé, fin décembre, deux factions rebelles : les hommes du R-J, Révolution-Justice, d'Armel Sayo, à ceux d'un dissident du MPC, Mouvement patriotique pour la Centrafrique, Ahmat Bahar. Les éléments de ce dernier chef rebelle sont accusés d'avoir tué, pillé, incendié des habitations et contraint des milliers de personnes à fuir les villages environnants de Paoua.

Ahmat Bahar, un nom qui fait trembler

La seule évocation de ce nom, Ahmat Bahar, fait frémir en RCA."Les actes commis par ses hommes sont d'une cruauté inouïe", témoigne un habitant, joint au téléphone.

Ahmat Bahar s'est autoproclamé général et a pris la tête d'une faction rebelle baptisée MNLC, Mouvement national pour la Libération de la République centrafricaine. Il n'en est pas à ses premiers faits d'armes.

En septembre 2017, pour le compte du Mouvement du peuple centrafricain, il a dirigé l'invasion de la ville de Bocaranga, dans l'Ouham-Pendé, dans le nord du pays. Avant d'en être délogé, le 7 octobre, par les soldats de la Minusca, la mission de l'ONU en République Centrafricaine.

La tragédie que vivent les habitants de la préfecture de Paoua ne surprend pas Martin Ziguelé, ancien Premier ministre et député de cette localité. Il affirme que "Bahar occupe des communes qui sont à la frontière avec le Tchad, avec le Cameroun. Toutes ces frontières là, sont poreuses jusqu'au Soudan".

Martin Ziguélé va plus loin : "les armes circulent de tous cotés pour faire prospérer leur entreprise économique criminelle. Monsieur Bahar est un criminel de guerre. Il n'a aucun objectif politique. D'ailleurs il a refusé le DDR. Et il s'est retranché là-bas et il donne la mort impunément à la population, sous le regard impuissant de tout le monde."

Des Casques bleus impuissants?

Pour Martin Ziguélé il est incompréhensible que ces exactions se multipient en dépit de la présence militaire de la Minusca.

L'armée de Centrafrique toujours pas sur pied

Depuis l'avènement de la coalition rebelle seleka au pouvoir en Centrafrique en 2013, la RCA a vu son système de défense profondément déstabilisé. Quatre ans plus tard, l'armée nationale n'est toujours pas sur pied. (08.01.2018)

Le procès en appel de Bemba fait réagir à Bangui

L'ancien vice-président congolais a été condamné en 2016 par la CPI pour des crimes contre l'humanité en RCA. A Bangui, beaucoup souhaitent le voir répondre de ses actes pour permettre aux victimes d'obtenir réparation. (09.01.2018)

Pourquoi la livraison d'armes enchante les Centrafricains

Le gouvernement centrafricain a réceptionné la première livraison d'armes promises par la Russie. Il s'agit là d'une exemption accordée par l'ONU à Moscou à l'embargo sur les armes décrété sur la Centrafrique. (20.12.2017)

Parfait Onanga-Anyanga, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Centrafrique et chef de la Minusca, la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique, rétorque:

"Les gens pensent qu'il y a un soldat de la Minusca partout où il y a le feu. Ce n'est pas vrai. On était complètement écartelé à travers le pays, d'où la décision du Conseil de sécurité récente de donner à la Minusca sa capacité additionnelle".

Sur le terrain, la Minusca ne peut sécuriser que des zones restreintes : "Nous sommes à Paoua et c'est à Paoua que les populations se regroupent et fuient les localités environnantes.

Dans la périphérie de Paoua, malheureusement, des violences se poursuivent par le fait des affrontements entre les groupes armés", reconnaît Parfait Onanga-Anyanga. (entretien à écouter dans son intégralité ci-dessous)

Des sources humanitaires ont confirmé que les violences dans la préfecture de Paoua et ses environs ont provoqué le déplacement d'au moins 60.000 personnes, soit près de 11.500 ménages. Plus de 2.000 maisons auraient été incendiées.

Les combats se poursuivent sur plusieurs axes.

En savoir plus

Plus de 50 000 déplacés enregistrés à Paoua

Les ONG œuvrant à Paoua, dans le nord du pays, ont déjà enregistré cinquante-huit… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.