11 Janvier 2018

Burkina Faso: Gouvernement et syndicats échangent sur la mise en œuvre de la loi sur la fonction publique hospitalière

La création d'une fonction publique hospitalière est un engagement de campagne du président Roch Marc Kaboré. L'objectif étant d'aboutir à une réforme profonde du système hospitalier burkinabè.

Dans ces deux nouvelles lois sur la fonction publique hospitalière, trois obligations pour le secteur hospitalier y sont affirmées. Il s'agit de garantir la continuité des services de santé, garantir la qualité des soins et l'obligation pour le personnel sanitaire d'offrir leur temps au service public.

Au-delà de ces obligations, ces deux lois permettent d'affirmer des droits, à savoir : l'amélioration du plan de carrière, des conditions de travail des agents de santé et la rémunération des agents de santé.

En attendant la mise en œuvre de ces deux lois qui nécessitera la mobilisation d'environ 36 milliards de francs CFA, les négociations se poursuivent entre le gouvernement et ses partenaires sociaux afin que les équilibres macro-économiques soient maintenus. Selon le Premier ministre, la rencontre de ce jeudi avait pour objectif, d'échanger avec les syndicats de la santé sur les modalités d'opérationnaliser cette loi.

Dans l'ensemble, Paul Kaba Thiéba dit être satisfait de l'issue de cette rencontre. «Je remercie l'organisation syndicale pour l'esprit détendue dans lequel nous avons travaillé. Nous avons pris note des préoccupations des syndicats et le gouvernement essayera de les analyser.

Dans la limite des moyens de l'Etat et en concertation avec les syndicats, le gouvernement est déterminé à trouver des solutions en concertation avec les partenaires sociaux. Ceci permettra à l'Etat de préserver l'équilibre des finances publiques, les principes d'équité et de justice», a rassuré Paul Kaba Thiéba.

Le Premier ministre a profité de l'occasion pour appeler la Coordination des syndicats de l'éducation à maintenir la même qualité de dialogue.

Le Dr Alfred Ouédraogo, secrétaire général du Syndicat des médecins du Burkina, estime que le gouvernement ne devrait pas entrevoir cette réforme comme un élément pour augmenter les salaires des agents de la santé.

«Au-delà, c'est une réforme pour améliorer tout le système sanitaire afin que tous les Burkinabè puissent en bénéficier», a indiqué M. Ouédraogo. En attendant de se retrouver le mardi 16 janvier prochain, Alfred Ouédraogo rassure que l'essentiel sera préserver au profit du bien-être de tous.

«Pour notre syndicat, les résultats des travaux obtenus en atelier doivent être respectés. Parce qu'une loi quelle qu'elle soit, ne résout pas tous les problèmes.

Et les propositions faites sont des propositions minimales. Le gouvernement devra faire l'effort de prendre en compte ce minimal-là», insiste Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha).

Burkina Faso

Internet et démocratie - Les web activistes célèbrent leur grand-messe à Ouaga

A Ouagadougou, les acteurs de changement se rencontrent pour «faciliter la jonction entre les mouvements virtuels… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.