11 Janvier 2018

Angola: Detricotage du système Dos Santos - C' est la démocratie qui gagne

Photo: Francisco Miudo/ Angola Press Agency
Le nouveau angolais President João Lourenço.

José Filomon Dos Santos, le fils de l'ex-président angolais, a été limogé du fonds d'investissement souverain. Il a été remplacé par l'ancien ministre des Finances, Carlos Alberto Lopes. Ainsi donc, la purge se poursuit. C'est le moins que l'on puisse dire.

Car, depuis sa prise de fonction en septembre dernier, le nouveau président est en train de démanteler pièce par pièce l'empire politico-financier bâti par son prédécesseur. A preuve, peu avant, c'est Isabel dos Santos qui, débarquée de la tête de la SONANGOL, est désormais accusée de détournements de fonds.

Ce n'est donc pas seulement la fin des haricots pour la famille Dos Santos, c'est aussi la descente aux enfers. Car, le nouveau patron de la SONANGOL dit avoir saisi les autorités judiciaires pour suite à donner. Et à l'allure où vont les choses, on ne sera pas surpris qu'Isabel dos Santos et son frère se retrouvent un jour derrière les barreaux.

Toute chose que leur père Eduardo Dos Santos pourrait percevoir comme une haute trahison de la part de Joao Lourenço qu'il a contribué à faire roi, dans l'espoir de mener une retraite tranquille et d'assurer l'impunité à ses enfants. C'est du moins ce qui arrive le plus souvent, lorsque l'on refuse de tenir éloignées sa progéniture et sa fratrie du cercle du pouvoir.

Le cas de Isabel Dos Santos et son frère rappelle mutatis mutandis celui de Karim Wade au Sénégal, qui, alors ministre du Ciel et de la Terre, a eu maille à partir avec la Justice de son pays dès que son père Abdoulaye Wade a quitté le pouvoir.

Il en est quasiment de même pour François Compaoré, frère cadet du président burkinabè déchu, Blaise Compaoré, qui est aussi en train d'être rattrapé par son passé. Sous le coup d'un mandat d'arrêt international, il est sous contrôle judiciaire en France, dans l'attente d'une éventuelle extradition vers son pays d'origine. Zut !

Lourenço doit savoir raison garder, pour ne pas donner l'impression de faire dans le règlement de comptes

C'est dire donc que ce qui arrive à Isabel dos Santos et son frère n'a rien de surprenant, surtout que le nouveau président, Joao Lourenço, dès ses premiers pas, avait clairement affiché sa volonté de rompre les ponts avec son ancien mentor, Eduardo Dos Santos.

On se rappelle d'ailleurs la passe d'armes qu'il y a eue entre les deux ex-compagnons, il y a de cela quelques semaines, où le ton laissait transparaître une tension palpable au sommet de l'Etat.

Cela dit, si l'on peut se féliciter de la décision prise par Joao Lourenço de s'affranchir de la tutelle de celui dont il fut le bras droit pendant des années, on doit cependant craindre que le cas angolais ne serve d'alibi à bien des dictateurs du continent pour ne pas quitter le pouvoir, de crainte de se voir eux-mêmes ou leurs proches humiliés comme c'est le cas avec Isabel dos Santos et bien d'autres ex-dignitaires angolais.

C'est pourquoi, tout en l'encourageant à maintenir le cap dans la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics, nous pensons que Lourenço doit savoir raison garder, pour ne pas donner l'impression de faire dans le règlement de comptes. Car, faut-il le rappeler, il est lui-même le produit du système qu'il tente de détricoter.

Angola

Kwanza parmi les quatre monnaies les plus surévaluées du monde

La banque Nationale d'Angola a adopté le taux de change flottant parce que dans le régime fixe qui a… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.