11 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Crise diplomatique - La Belgique décide de revoir sa coopération bilatérale

Photo: http://www.laprosperiteonline.net
Siège de la CENI à Kinshassa

L'ancienne métropole compte orienter ses interventions financières au profit de l'aide humanitaire et d'autres initiatives vers les organisations locales de développement, en lieu et place du gouvernement congolais en attendant l'organisation des élections prévues pour décembre 2018.

Entre la Belgique et son ancienne colonie, le torchon brûle. À la base, le compte-rendu de la réunion de la commission des relations extérieures de la Chambre des représentants belges, tenue le 10 janvier à Bruxelles sur la situation en RDC. Une réunion à huis clos qui s'est articulée sur l'audition du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynder, et du vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo. Les deux officiels étaient tenus d'éclairer la lanterne des députés belges sur la situation sociopolitique en RDC de sorte à entrevoir, sur la base des faits probants, des pistes de sortie de crise. Ce qui a été fait, à en croire le communiqué du ministère belge des Affaires étrangères publié à l'issue des discussions.

La coopération entre les deux pays à revoir fondamentalement

Il en ressort que Didier Reynders et Alexander De Croo ont exprimé leur conviction selon laquelle seules les élections crédibles sont susceptibles d'offrir une issue heureuse à la crise qui sévit en RDC depuis l'expiration, il y a plus d'un an, du mandat constitutionnel de Joseph Kabila. Afin de favoriser la restauration de la paix en RDC qui passe notamment par l'ouverture de l'espace démocratique et la mise en œuvre des mesures de décrispation énoncées dans l'accord de la Saint-Sylvestre de 2016, les députés ont pris une série de décisions affectant la coopération bilatérale Belgique-RDC. Il est dorénavant question, pour les députés belges, de revoir fondamentalement la coopération entre leur pays et les autorités congolaises jusqu'à l'organisation des élections crédibles. « Un nouveau programme bilatéral de coopération avec les autorités congolaises ne pourra être conclu qu'après l'organisation des élections crédibles, sur la base des principes de bonne gouvernance », annonce le communiqué publié par les services de Didier Reynders.

Plus concrètement, la Belgique a décidé de mettre fin « à une série d'interventions qui devaient être mises en œuvre directement par les autorités congolaises » pour un montant total de vingt-cinq millions d'euros. Cette somme ne tombera plus dans l'escarcelle du gouvernement mais sera orientée, en attendant la tenue des scrutins, vers les organisations locales de développement avec lesquelles la Belgique entend développer une coopération étroite, directe et efficace. « La Belgique souhaite cependant renforcer sa solidarité à l'égard de la population congolaise et affectera, pour cette raison, les moyens libérés au profit de l'aide humanitaire et d'autres initiatives répondant aux besoins les plus pressants de la population », dit le communiqué.

La répression du 31 décembre vivement condamnée

Sur le volet du respect des droits de l'homme, les députés belges ont vivement condamné la répression de la marche des catholiques du 31 décembre et appelé à l'ouverture d'une enquête indépendante à cet égard afin notamment d'établir les responsabilités individuelles. Enabel, la nouvelle agence belge de développement, a été instruite de soutenir les organisations de la société civile congolaise sur le plan des droits de l'homme et des libertés politiques. Par ailleurs, la commission de relations extérieures de la Chambre des représentants a recommandé l'application d'un barème de sanctions renforcé à l'endroit des responsables congolais impliqués dans les répressions des manifestations (suspension des visas, gel des avoirs, radiation du registre de la population des responsables politiques visés ayant un statut de résident en Belgique, etc.).

Enfin, tout en affirmant qu'une volonté politique est nécessaire pour organiser des élections correctes en RDC, Didier Reynders et Alexander De Croo ont également rappelé que la Belgique reste disposée à contribuer à des élections équitables et transparentes.

En savoir plus

Coopération - Lambert Mende estime que le développement de la RDC ne dépend pas de la Belgique

Alors que la Belgique a décidé de réorienter son aide de vingt-cinq millions d'euros vers les ONG… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.