12 Janvier 2018

Tunisie: Le déficit dépasse les 15 mille millions de dinars

Le déficit de la balance commerciale hors énergie s'est réduit à 11 559,1 MD et le déficit de la balance énergétique s'est établi à 4.032,9 MD (25,9% du total du déficit) contre 2.703,8 MD durant l'année 2016.

Selon un document publié hier, par l'INS sur son site web, ce déficit est expliqué, essentiellement, par le déséquilibre des échanges enregistrés avec certains pays, tels que la Chine (-4.407,2 MD), l'Italie (-2.108,8 MD), la Turquie (-1.852,7 MD), la Russie (-1.100,3 MD) et l'Algérie (-681,1 MD).

En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédant avec d'autres pays principalement avec le premier partenaire commercial, la France de 2.996,4 MD, la Libye de 866,4 MD et le Royaume-Uni de 152,4 MD.

L'INS explique ce déficit également, par la hausse des importations (+19,8% à 50.018,7 MD) à un rythme plus accéléré que celui des exportations (+18,1% à 34.426,6 MD).

L'accroissement remarquable des importations est dû, essentiellement, à la hausse enregistrée au niveau des importations du secteur de l'énergie de 39,9%, sous l'effet de la hausse des achats en pétrole brut (787,2 MD contre 641,2 MD) et des produits raffinés (3.748,0 MD contre 2.339,4 MD).

Les importations agricoles et alimentaires de base ont, également, augmenté de 20,8%, du fait de la hausse des achats en blé tendre (576,1 MD contre 473,2 MD), des matières premières et demi-produits de 23,5%, des biens d'équipement de 9,7%, les mines, phosphates et dérivés de 23,8%.

Les importations de biens de consommation autres qu'alimentaires se sont aussi inscrites en hausse avec un taux de 18%, suite à l'augmentation des achats des voitures de tourisme de 9,2% (1.726,5 MD contre 1.581,8 MD), des huiles essentielles et parfumerie de 16,5% (362,4 MD contre 311,0 MD) et des articles en plastique de 16,9% (1.532,6 MD contre 1.310,5 MD) outre la hausse des importations hors énergie de 17,5%.

Pour ce qui est des exportations, l'augmentation observée, durant les huit mois de l'année 2017, concerne la majorité des secteurs. En effet, le secteur de l'énergie a observé un accroissement de 24,6%, suite à l'augmentation des ventes des produits raffinés (809,5 MD contre 432,6 MD), le secteur de l'agriculture et des industries agro-alimentaires avec un taux de 20,9%, suite à l'augmentation des ventes des huiles d'olive (1.009,4 MD contre 872,4) et les dattes (557,6 MD contre 486,5 MD), le secteur des industries mécaniques et électriques de 20,4%, le secteur textile et habillement et cuirs de 16,3% et le secteur des industries manufacturières de 15,1%.

En revanche, le secteur des mines, phosphates et dérivés a enregistré une baisse de 1,6%, suite à la diminution de nos exportations en acide phosphorique (424,7MD contre 498,5 MD).

Le ministre du Commerce, Omar El Béhi, a avancé, dans une interview accordée à l'agence TAP, la réduction des déficits commercial et budgétaire comme argument principal pour justifier les récentes augmentations des prix. Il a également évoqué les mesures prises par le gouvernement pour réduire les importations et les contrôler, dont le rétablissement des droits de douane sur les produits d'origine turque à hauteur de 90% des tarifs appliqués dans le régime commun, à partir du 1er janvier 2018.

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.