12 Janvier 2018

Burkina Faso: Nouvelles dispositions pour mieux lutter contre la corruption - C'est bien mais ...

Le Conseil des ministres, en sa séance du 4 janvier dernier, a pris de nouvelles dispositions afin de mieux lutter contre la corruption dans notre pays. Il s'agit d'un projet de loi portant modification de la loi N°004-2015/CNT du 3 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso en vue d'instituer le principe de la déclaration électronique des biens des personnes assujetties, de consacrer le principe de l'inopposabilité du secret professionnel ou bancaire dans la lutte contre la corruption et de corriger des éléments de forme.

Voilà qui est bien dit. Je parie que si cette loi est votée par la représentation nationale, les lignes bougeront davantage dans la lutte contre la corruption qui, je ne vous apprends rien, est devenue presque systémique au pays des Hommes intègres.

La preuve, on a vu des gens partir du néant et, en peu de temps, devenir des multimillionnaires dans ce pays. Ce sont ceux-là que l'on appelle parfois avec un brin d'ironie les nouveaux riches, pour la simple raison qu'ils prennent du plaisir à narguer les autres.

Franchement, j'encourage le gouvernement dans sa volonté de siffler la fin de la recréation, notamment en matière de gestion des biens publics. Car, jusque-là, on a l'impression que rien n'a changé.

Les mauvaises pratiques qui avaient cours sous l'ancien régime subsistent, quand elles ne prennent pas tout simplement de l'ampleur.

Si fait que chaque jour qui passe, les médias se font l'écho de pratiques peu orthodoxes dans certains services publics. Il y a même des structures de contrôle qui ont été épinglées pour mauvaise gestion. Suivez tout simplement mon regard, et vous comprendrez que je ne parle pas dans le vide.

Je mets le gouvernement en garde

En fait, au Burkina, on a trop laissé faire les choses au point que la corruption, les malversations et les détournements de deniers publics, ont fini par prendre des proportions inquiétantes.

A preuve, on a vu des gens qui, mis en cause pour mauvaise gestion, ont été relevés de leurs postes et se la coulent douce, pendant que d'autres croupissent en prison.

Pourquoi ce deux poids deux mesures ? On a le sentiment que la justice existe pour les uns et non pas pour les autres. Ce n'est pas juste. Changeons notre fusil d'épaule et travaillons à faire de notre pays un modèle en matière de gouvernance économique. Alors, bannissons les écarts de comportement et faisons de l'intégrité notre boussole.

Et je sais qu'avec un peu de volonté, nous pouvons y parvenir. Car, aucun pays, il faut avoir le courage de le dire, ne peut se développer sans un minimum de rigueur dans la gestion des biens publics.

C'est pour cela que j'admire le Rwanda qui, malgré ce que l'on peut dire de mal de ce pays sur le plan politique, demeure un exemple sur le continent en terme de gouvernance économique.

Cela dit, je mets le gouvernement en garde. Car, une chose est de prendre des textes, une autre est de veiller à ce qu'ils soient appliqués. Je le dis parce qu'on a parfois l'impression que certaines lois sont prises juste pour contenter les partenaires techniques et financiers qui, de corruption las, ne sont plus dupes ; tant ils en ont suffisamment vu.

Burkina Faso

Internet et démocratie - Les web activistes célèbrent leur grand-messe à Ouaga

A Ouagadougou, les acteurs de changement se rencontrent pour «faciliter la jonction entre les mouvements virtuels… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.