12 Janvier 2018

Sénégal: Syndicats d'enseignants sur le pied de guerre - Une dynamique unitaire en gestation

Sur initiative de Mamadou Diouf, ancien secrétaire général du Sudes, des syndicats d'enseignants se sont réunis hier, jeudi 11 janvier, au siège de la Csa, à Soprim.

Ils veulent une unité d'actions pour la prise en charge de leurs revendications. Une dynamique unitaire syndicale en gestation pour le respect par le gouvernement, des accords signés.

L'union fait la force ! Les syndicats d'enseignants veulent désormais parler d'une seule voix pour la matérialisation des points inscrits dans le procès-verbal.

Les jalons de cette dynamique unitaire en gestation à l'initiative de Mamadou Diouf et Mamadou Diop «Castro», ont commencé à être posés hier, jeudi 11 janvier, au cours d'une rencontre entre les secrétaires généraux de syndicats, au siège de la Confédération des syndicats autonomes (Csa).

Pour aller sur la même posture, les participants ont dégagé des axes de réflexion pour un front unitaire. Un procès-verbal de la rencontre est attendu dans les jours à venir. Les responsables de syndicats y apporteront des amendements et autres observations pour stabiliser sur un certain nombre de points.

Si le souhait de mettre sur pied un front unitaire venait à se matérialiser, le gouvernement qui peine à apporter des réponses convaincantes, devra faire face à une équipe syndicale très déterminée.

En effet, depuis plus d'une décennie les accords signés et non respectés, selon les enseignants, sont à l'origine des crises cycliques qui secouent constamment le système éducatif sénégalais.

Pour Souleymane Diallo, le syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels) est en train de s'organiser à la base et de travailler avec les autres organisations syndicales, notamment le Saemss et le Cusems, pour un front commun.

« On se donne actuellement les moyens d'aller ensemble. Une unité d'actions pour que la lutte soit efficace», nous confie Souleymane Diallo.

Le Cadre unitaire des syndicats du moyen secondaire (Cusems) va plus loin en annonçant de «s'associer avec l'ensemble des travailleurs du Sénégal pour la prise en charge des revendications».

En n'excluant pas une année blanche, le secrétaire général du Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (Saemss) rejoint ses camarades en soulignant que l'essentiel pour les organisations syndicales est d'aller dans le cadre des plans d'actions unitaire.

«Il s'agit de retrouver une unité syndicale dans les trois ordres, notamment une intersyndicale au niveau de l'élémentaire, du moyen secondaire et du supérieur».

Le coordinateur du Grand cadre des syndicats de l'enseignement est dans la même dynamique unitaire pour amener le gouvernement au respect des accords.

Pour Oumar Waly Zoumarou, «c'est le seul moyen de torde la main aux autorités qui sont dans une logique de pourrissement». «Le Grand cadre va se prononcer demain (aujourd'hui, Ndlr) sur son plan d'actions qui doit commencer la semaine prochaine», explique Oumar Waly Zoumarou.

En attendant le déroulement des plans d'actions des syndicats, les enseignants exigent toujours le « respect du principe de la gestion démocratique des personnels enseignants et le respect des accords signés avec les syndicats d'enseignants le 17 février 2014 ».

Ces points sont articulés autour de la validation au 2/3 avec rappel des années de volontariat, de vacation et de contractualisation pour les PC et les MC reclassés comme fonctionnaires, les lenteurs dans la délivrance des actes administratifs, de la mise en solde et du paiement des rappels.

Sur la question du régime indemnitaire de la Fonction Publique, les enseignants veulent une augmentation substantielle des indemnités de logement allouées aux enseignants.

Sénégal

Dakar capitale mondiale des Pilotes Maritimes

Dakar accueille à partir de ce lundi 23 Avril, le 24éme  congrès de l’Association… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.