12 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Musique - Isabel Antonio enchante le Brésil

La Congolaise de Kinshasa a enflammé la scène de « The Voice Brasil », une célèbre émission musicale d'Endemol, déclinée dans une trentaine de pays.

Éliminée en début décembre après deux mois de compétition, Isabel Antonio n'a pas atteint les phases finales du télé-crochet, mais a réussi à émouvoir des millions de téléspectateurs avec sa reprise de Heal the World, le célèbre tube de Michael Jackson.

Une polémique a même éclaté sur la toile lors de son élimination, certains internautes mettant en avant le racisme lors du vote populaire. Isabel Antonio a perdu tout comme Alexandre Massau, tous les deux favoris sont noirs. Pourtant, Isabel espère bien profiter de sa notoriété, acquise auprès du public durant son aventure télévisuelle, pour lancer sa carrière musicale. Elle qui rêvait d'être médecin dans son enfance est devenue dans son pays d'adoption un symbole de la cause des réfugiés.

« Quand je chante, j'ai l'impression d'être une autre personne. Je ne suis plus la petite Isabel qui souffrait et pensait qu'elle allait mourir », se remémore la jeune Congolaise qui poursuit : « C'était très important de participer à cette émission, non seulement pour moi, mais pour d'autres enfants réfugiés. J'espère servir d'exemple et porter un message d'espoir au milieu de la souffrance ».

Une histoire teintée de douleur

Originaire de la RDC, Isabel Antonio est réfugiée au Brésil depuis deux ans, fuyant les conflits persistants dans l'est du pays. Séparée de sa famille en 2015, elle détaille son parcours : « J'ai dû fuir avec ma petite sœur et nous avons perdu la trace de notre mère. Nous sommes restées trois jours cachées dans la brousse. » Découvertes par des missionnaires brésiliennes, elles ont été conduites en Angola, puis au Brésil malgré les réticences d'Isabel : « Je ne voulais pas partir, parce que je voulais retrouver ma mère. Mais j'ai fini par accepter, parce que sinon, je risquais de mourir. », explique-t-elle.

Au grand soulagement des deux sœurs, elles ont appris par l'association Caritas, une fois au Brésil, que leur mère et leurs quatre frères et sœurs avaient effectué le même parcours quelques semaines auparavant. Leur père a pu les rejoindre fin 2015. Installée à São Paulo, Isabel découvre la musique au sein de la chorale « Somos Iguais » (Nous sommes égaux) qui sert de passe-temps pour les enfants de réfugiés pendant que leurs mères sont sensibilisées aux risques de cancer du sein. Après des spectacles réussis dans plusieurs villes brésiliennes, la chorale a suscité l'intérêt de TV Globo, qui a décidé d'inviter cinq de ses membres au casting de The Voice Kids, mais comme Isabel venait de fêter ses 16 ans, elle a intégré The Voice Brasil. La responsable de la chorale, Daniela Guimarães, résume ainsi l'aventure de sa protégée : « Isabel représente les voix de tous les autres enfants de notre chorale et elle a su profiter de cette opportunité pour incarner les rêves de tous les réfugiés ».

Congo-Kinshasa

La loi électorale contestée devant la Cour constitutionnelle

Après un débat parlementaire houleux, un vote à l'Assemblée boycotté par… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.