14 Janvier 2018

Congo-Kinshasa: Défense de mémoire à l'Unikin - Droit International - Paul Ramazani décroche sa Licence avec éclat

Magistrale ! Voilà ce qu'aura été la défense du Travail de Fin de Cycle de Paul Ramazani Muluta. Samedi 13 Janvier 2018, à la colline inspirée, comprendre l'Université de Kinshasa -Unikin-, cet ancien étudiant dorénavant en route vers la Cour des experts, des grands, a fait face à un jury d'exception en guise de couronnement de son cursus à cette alma mater.

Verdict ? Dorénavant, Paul Ramazani Muluta est inscrit dans la liste, longue d'ailleurs, de ceux qui ont su faire montre de leurs aptitudes afin de décrocher, avant d'autres titres convoités, un diplôme de licencié en droit public international et relations internationales. Sujet abordé par ce fils Ramazani? Son travail a été articulé autour de la problématique du "droit à la réparation des victimes des crimes internationaux au prisme de l'affaire le procureur" avec comme cas type d'étude les dessous du dossier Thomas Lubanga à la Cour Pénale Internationale -CPI-. En balayant les brûlantes questions des membres de jury, le récipiendaire a su révéler au grand jour, ses connaissances acquises, tout long de son cursus universitaire, ce qui lui a valu beaucoup d'admirations en même temps que d'acclamations du public. D'où, a-t-il eu une note de 17 sur 20, selon la cotation finale des membres du jury.

Il a été coaché par le VPM Emmanuel Ramazani Shadary, son papa, le professeur Néhémie Mwilanya, ainsi que de l'assistant Asani Emile Bin Ibrahim, soutenu surtout par les membres de sa famille biologique et de la Jeunesse Bâtisseuse d'Avenir -JBA-, structure dont il est le Président. Du haut de son estrade, Paul Ramazani Muluta a développé son sujet en accordant particulièrement son attention sur la problématique basée sur la fébrilité que présente la Cour Pénale Internationale, quant à la considération de l'article 75 du statut de Rome, concernant la réparation à accorder aux victimes des crimes internationaux. Ce fruit de l'université de Kinshasa, dans la quintessence du travail, a démontré noir sur blanc que l'attention que l'on accorde à la victime de nos jours, n'est rien d'autre que le reflet de l'évolution de la société. Selon le récipiendaire, la période que l'humanité traverse est une celle que moult personnes qualifient de «le temps des victimes».

A en croire Paul Ramazani Muluta, la petite touche qu'il a apportée à la Cour Pénale internationale dans son mémoire est d'une importance capitale. «Il existe un parallélisme entre les réparations et l'impunité en matière pénale internationale. Nous pensons que lorsque le bureau du procureur de la CPI statut sur des faits ou des allégations qu'il a trouvés sur terrain et les apportent au-devant de la chambre préliminaire pour confirmation de charge, si ces allégations ne sont pas vérifiées ou soit, s'il n'y a pas suffisamment des preuves pour recueillir tous les crimes possibles pour confirmation de charge, il y aura l'impunité. Car, ce cas de figure crée l'irréparation au niveau de la chambre d'appel pour justement la réparation définitive, c'est ici la problématique», confie Paul Ramazani devant les journalistes de La Prospérité, tout juste après avoir défendu et eu connaissance du verdict du jury à la suite de la délibération.

Qui est Paul Ramazani ?

Né le 26 mars d'une certaine année, de l'union d'Emmanuel Ramazani Shadary et Wivine Paipo Ngweli, Paul Ramazani Muluta est issu d'une grande famille très cultivée dont il est l'aîné des garçons. Dès son enfance, ce dernier a toujours été considéré comme un érudit par son entourage et un génie en herbe doté d'une capacité intellectuelle ne passant jamais inaperçu aux yeux du commun des mortels. C'est là une confidence, voulue sans complaisance, d'un ami d'enfance du récipiendaire interviewé par votre Quotidien. Diplômé en latin philo à Mont-Amba, le concerné a voulu poursuivre ses études universitaires de droit, à l'Université de Kinshasa où il vient de défendre son mémoire. Il est l'initiateur et président de la structure dénommé « Jeunesse bâtisseuse d'Avenir -JBA-, » où il s'active incessamment à la conscientisation de la jeunesse du Congo, à la recherche continuelle de l'excellence. Fils de son père, Paul Ramazani semble afficher désormais que si son cursus normal prend fin, des savoureuses ambitions pour l'avenir vont devoir naître. Le temps saura dévoiler ce qu'il est prêt à offrir, comme son mentor de Père, à sa famille, à son entourage, à son pays, la République Démocratique du Congo.

Congo-Kinshasa

Bataille de Kolwezi (3/3) - Une Afrique divisée par Mobutu

Lorsque les parachutistes belges et français quittent le Shaba (ex-Katanga) à l'issue du raid sur Kolwezi,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.