15 Janvier 2018

Cote d'Ivoire: Assainissement - Il faut sauver Yopougon-Académie Résidentiel

A Yopougon-Académie Résidentiel, les habitants sont confrontés à un grave problème d'assainissement et de drainage d'eau.

Un gigantesque fossé a quasiment enclavé une grande partie du quartier et menace de couper complètement tout accès. Les riverains luttent depuis deux ans avec les moyens du bord contre le «monstre» qui n'arrête pas de grandir sous l'effet de l'érosion.

Les dirigeants de l'association des habitants ont interpellé en vain, depuis 2014, l'opérateur immobilier, Les Lauriers et les autorités publiques.

Ne sachant plus à qui s'adresser, ils songent sérieusement à se faire justice : bloquer la source principale de l'écoulement des eaux usées en murant la sortie au niveau de la clôture de la cité Lauriers 11 & 12.

En fait, ils ont décidé de créer l'incident, pour que celui qui est présenté comme étant à la base du problème réagisse. En fait, le principal accusé reste la société immobilière.

Une équipe de l'Office national de l'assainissement et du drainage (Onad) en a fait le constat, le 10 septembre 2014.

Les agents dépêchés sur les lieux, après que la direction générale a été saisie par la tutelle, ont remarqué ceci : Après avoir construit les bâtiments de la cité Lauriers 11 & 12 située en hauteur par rapport au quartier, le raccordement des eaux usées à l'égout public n'a pas été effectué.

Ce qui fait que toutes les eaux pluviales et usées de la cité se déversent au pied du talus, créant un fossé». Un fossé qui ne cesse de s'élargir au fil du temps. Et qui a fini par enclaver une grande partie du quartier.

Pour l'Onad, «la solution au problème réside dans la réalisation d'ouvrages de drainage pour protéger les habitants contre les glissements de terrain et les inondations».

La direction générale l'a fait savoir dans un courrier adressé à l'association des riverains, le 6 octobre 2014. Mais, elle a ajouté qu'elle ne «dispose pas, pour l'instant, des fonds nécessaires» pour effectuer ces travaux. Du côté de la société Les lauriers, on rejette toute responsabilité dans l'affaire.

Au courrier des habitants lui demandant de l'aide, la direction générale a répondu qu'elle ne comprend pas pourquoi on veut lui imputer la responsabilité des désagréments.

Pour elle, «le problème provient, en grande partie, des constructions anarchiques et plus ou moins illicites qui ont été édifiées au fond du talweg (bas-fond)». Les dirigeants de la société ont demandé aux victimes de se tourner plutôt vers le ministère de la Salubrité urbaine et de l'Assainissement.

C'est ce qu'elles ont fait, mais jusque-là, elles n'ont rien obtenu. A la mairie, le chef du service technique, Yéo Adama, a fait savoir qu'il ne dispose pas de moyens pour les aider, ne serait-ce que pour une solution provisoire.

Face à cette situation, les habitants veulent murer tout simplement le passage des eaux usées de la cité Lauriers 11 & 12.

Cote d'Ivoire

54è Assemblées annuelles de la BAD - Le continent ne tire que 5% des revenus générés par le cacao

La cérémonie officielle des 54è Assemblées annuelles de la Banque africaine de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.