16 Janvier 2018

Cote d'Ivoire: Crise FIF-Clubs - La FIFA fait le point de ses consultations

L'image suffisait à elle seule pour confondre les détracteurs du football ivoirien. Jacques Anouma et Sidy Diallo assis à la même table.

Même si les deux ne sont pas en conflit ouvert, l'actualité du football local depuis l'élimination de la Côte d'Ivoire à la Coupe du monde 2018 et les sorties des uns et des autres ont instauré un climat de méfiance et de suspicions. Un environnement lourd et difficile pour les acteurs du mouvement sportif ivoirien et plus particulièrement du football au point de solliciter l'arbitrage de la FIFA. Et ceux qu'on croyait incapables de s'asseoir ensemble et de discuter des problèmes ivoiriens ont surmonté leurs divergences le temps d'un point de presse.

Si Anouma doit sa présence à la table séance par son statut de médiateur de la FIFA et de la CAF pour l'Afrique, Sidy Diallo a fait valoir son titre de président de la Fédération ivoirienne de football pour s'inviter à la table. Même si le médiateur de la FIFA et de la CAF pouvait à cet instant aussi poser son veto après avoir été récusé 24 heures plus tôt par la FIF lors de la rencontre avec l'émissaire de la FIFA, il a tu son ego.

Juste pour donner une chance au pays de sortir de cette impasse. " Il y a la crise si on le veut. N'oublions pas que nous sommes tous des hommes. Mais si on veut régler les problèmes, on peut le faire. Je pense que ce n'est pas insurmontable. Tout est réconciliable. On n'est pas en guerre ici", a déclaré Vérone Mosengo Omba.

Arrivé 24 heures plus tôt en terre ivoirienne, le directeur des associations membres et développement Afrique-Caraïbes a fait des consultations avec les acteurs de la crise Fédération-Clubs. Le Suisse d'origine congolaise (RD Congo), en plus d'être optimiste pour une issue heureuse, a situé le cadre de sa présence sur les bords de la lagune Ebrié lors d'un point de presse. "C'est un devoir pour moi, après avoir rencontré le pré- sident de la FiF, après avoir entendu quelques clubs, de vous communiquer le but de ma présence en Côte d'Ivoire.

La FIFA a été saisie par certains clubs. Il était donc de mon devoir de venir entendre", a dit l'émissaire de la FIFA, pour qui "il n'y a pas de conflit en Côte d'Ivoire." Dès cet instant, il n'y a pas de "conflit de personnes" à régler. "Il faut être clair là-dessus. Je suis venu faire une séance de travail avec la fédération, parce qu'elle a des projets, entendre les clubs qui ont saisi la FIFA, entendre la fédération sur les problèmes qui ont été posés par certains clubs.

Ensuite, je vais rendre compte au président de la FIFA à mon retour à Zurich", a précisé Vérone Omba dans la salle Chandelier du Sofitel Hôtel Ivoire. Une salle qui retiendra que l'émissaire de la faîtière du football mondial n'est "pas là pour mettre en place un comité de normalisation." Arrivé le jeudi 11 janvier dernier suite à une saisine des clubs réunis au sein d'une coalition réclamant la révocation du président de la FIF et de son comité exécutif, l'émissaire de la FIFA a eu des séances de travail avec la FIF et les clubs, le même jour.

Cote d'Ivoire

54è Assemblées annuelles de la BAD - Le continent ne tire que 5% des revenus générés par le cacao

La cérémonie officielle des 54è Assemblées annuelles de la Banque africaine de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.