15 Janvier 2018

Guinée Equatoriale: Coup d'etat avorté de Mongomo - Tensions entre Yaoundé, Malabo et N'Djamena

La nouvelle est tombée, comme un véritable coup de tonnerre, le 27 décembre 2017. Nicolas Obama Nchama, le ministre équato-guinéen de la Sécurité nationale annonçait sur les ondes de la radio nationale, «l'échec d'une tentative de coup d'Etat», contre Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, le président de ce pays. «Nous avons immédiatement activé une opération de démantèlement en collaboration avec les services de sécurité camerounais», précise le ministre équato-guinéen dans un communiqué du 3 janvier 2018.

Bilan des courses, une trentaine de personnes interpelées à Kye-Ossi, petite localité du au Sud du Cameroun, frontalière à la Guinée-équatoriale, par le Groupement mobile d'intervention N° 8 d'Ebolowa. Les sources sécuritaires dévoilent un commando constitué de 18 Tchadiens, 5 Centrafricains, 2 Camerounais, 1 Equato-guinéen, entre autres. Lourdement armés, les présumés mercenaires étaient placés sous le commandement de Mahamat Kodo Bani Godi, un ancien général tchadien, dont certains disent être en froid avec Idriss Deby Itno, le président du Tchad.

Au moment où les présumés putschistes s'apprêtaient à donner l'assaut sur Ebibeyin, Mongomo, Bata et Malabo à partir de Kye-Ossi, Teodoro Obiang Nguema était présent au palais présidentiel de Koete Mongomo. Les personnes interpelées ont immédiatement été conduites sous bonne escorte vers Ebolowa, la capitale régionale du Sud Cameroun. Malabo s'est empressé de prendre illico presto ses premières mesures conservatoires. La frontière entre le Cameroun et la Guinée-équatoriale a été fermée. Si des sources à Yaoundé indiquent la décision «normale», elles s'étonnent néanmoins de son caractère «unilatéral».Autre mesure postputsch manqué, la vague d'arrestations des ressortissants tchadiens vivant en Guinéeéquatoriale.

Paul Nahari Nguaryanan, le ministre tchadien des Affaires étrangères, dépêché à Malabo après les faits, s'indigne : «les tchadiens innocents devraient être libérés immédiatement, mais à notre grande surprise, il y a de nouvelles arrestations». Le plénipotentiaire tchadien a d'ailleurs adressé, les jours suivants son déplacement à Malabo, une correspondance à Agapito Mba-Mapuy, le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères, dénonçant le traitement réservé à ses compatriotes. Malabo a d'abord justifié la vague d'arrestations des ressortissants tchadiens par «leur situation irrégulière» dans ce petit Etat pétrolier d'Afrique centrale. Le jeudi 11 janvier 2018, Agapito Mba-Mapuy justifiait de nouveau que «les arrestations font partie de l'enquête sur la tentative de coup d'Etat». N'Djamena dénombre ainsi à une quarantaine les Tchadiens arrêtés dans le cadre de ladite enquête. Des commerçants en majorité.

Entre fermeture unilatérale de la frontière Cameroun / Guinée- équatoriale par Malabo, des arrestations des Tchadiens résidant en Guinéeéquatoriale, le maintien en détention des présumés coupables par le Cameroun, la sous-région baigne dans la tension. Un climat de suspicion y règne.

Guinée Equatoriale

Ligue des champions - Horoya - Sundowns pour boucler la 2è journée

C'est ce mardi que s'achève la 2è journée de la phase de groupes de la Ligue des champions de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.